Articles

HISTOIRE DU LOCKING

 

Met toi dans l’ambiance en écoutant notre playlist Funk styles sur Spotify


 

Bien avant que le break voit le jour sur la côte est des Etats Unis, la côte ouest était déjà en train de s’enjailler sur les sons funk de James Brown ou de George Clinton.

 

C’est la rencontre de la Funk et sûrement du soleil qui va faire naître le groove des styles de l’ouest comme le Locking ou le Popping.

 

Ces deux danses, que l’on englobe autour du terme ‘Funk Styles’ ont une histoire totalement distincte des autres danses considérées comme Hip Hop.

 

On commence donc par la première des deux danses, le Locking.

 

Bien sûr, pour parler des Funk Styles, il faut être dans le délire, donc prend tes lunettes de soleil, sois relax, met toi un son qui te rappelle l’été, on part pour la côte ouest.

 

Histoire de la musique Funk

 

 

Si je devais faire ma propre définition de la musique Funk, ca donnerait sûrement quelque chose comme ça.

Funk \ fœŋk : Style de musique qui te rend heureux et te donne envie de danser.

 

Mais passons mes talents d’académicien, on va voir ensemble réellement ce qu’est la musique Funk, pourquoi sans elle le Hip Hop ne serait pas ce qu’il est, et enfin ce qui nous intéresse le plus dans cet article, pourquoi cette musique est la fondation des Funk Styles et donc du Locking.

 

Qu’est ce que le funk ?

 

Avant d’aller trop vite, revenons dans les années 60, toi et moi n’étions pas né (à part si tu est vieux, désolé de te l’apprendre) et en général on ne connait pas cette période.

Je parlerais essentiellement des populations noires des Etats-Unis ici, puisque c’est avec elles que le Funk va se créer, donc désolé pour tous mes babtous fragiles, mais c’est pas encore l’heure pour votre article.

 

Trève de bla bla.

Dans les années 60 donc, la musique que les afro-américains écoutaient était principalement de la Soul, et en particulier celle des labels comme Motown Records.

 

La Soul permet aux afro-américains de prendre la parole sur leur condition, mettant en avant qu’être noir n’était pas si simple aux Etats-Unis à cet époque.

C’est dans cet état d’esprit que le Funk va naître.

 

Le Funk au début des années 70′, va devenir la nouvelle musique permettant de prendre la parole.

Je tiens quand même à rappeler qu’en avril 1968, Martin Luther King venait d’être assassiné.

 

Une période où clairement quand tu parles trop on te fait taire (peu importe le sujet et l’époque tu me diras).

 

Un peu de contexte historique ça ne fait pas de mal.

 

C’est donc en dehors du contexte politique peu favorable aux leaders noirs que la musique funk va se développer petit à petit.

Et c’est avec Monsieur James Brown, légende de la musique, que tout va commencer.

 

James Brown

 

Il me faudrait un livre entier pour t’expliquer à quel point James Brown est précurseur pour le Hip Hop actuel, je vais donc m’efforcer de rendre hommage en étant clair et précis.

 

Au départ chanteur de R’n’B dans le milieu des années 60, ce n’est qu’à partir de 1968 que celui qu’on surnomme le ‘Godfather of Soul’ va développer un style bien plus rythmé, différent de la soul.

 

 

A l’époque où la Soul, le Rock et le R’n’B donnaient une grande importance au 3ème et 4ème temps, la musique que va développer James Brown va mettre l’accent sur le 1er temps de la musique avec une basse et des percussions qui tapent fort dès le début.

 

Mettre l’accent sur les percussions et la basse ne sont pas les seuls caractéristiques de la musique funk, si tu regardes bien cette vidéo, tu peux voir que toutes les personnes sur scène prennent part au morceau qui est joué, jusque là c’est logique je sais, mais regarde attentivement.

 

CHAQUE personne sur scène ajoute son groove à la chanson, la rendant plus intense, créant cet effet qui t’ambiance automatiquement, tu veux toi aussi kiffer avec eux.

 

He not only changed the way listeners thought about what dance music was but what funky music was

Greg Tate, écrivain et musicien en parlant de James Brown

 

Pour te faire comprendre plus simplement l’héritage qu’a laissé James Brown, voici une petite infographie.

 

 

histoire-locking-james-brown

 

histoire-locking-sly-family-stone

Sly and the Family Stone

 

Autre groupe très important dans le dévelopement du Funk, Sly and the family stone va être le groupe qui va créer le look funk.

Que ce soit les coupes afros, les chaussures hautes, les habits hyper colorés, c’est grâce à Sly Stone, chanteur du groupe que ce style va exister et devenir emblématique du Funk.

 

He didn’t like what I wore, when I came to his house one day. So he looked down on the ground, he had a cow skinned rug down there, he goes, ‘give me a razor’, he cuts a slit in the cow skin, I put it on as a poncho, that was my outfit, I didn’t choose it, it was hot a sweaty, but after that I paid attention.

Jerry Martini, saxophoniste du groupe Sly and the Family Stone à propos de Sly Stone et de l’importance du look

 

Larry Graham, bassiste du groupe, va lui aussi innover et va créer une technique pour jouer de la basse, le ‘slap bass’ et donner ce son que tu as forcément entendu.

 

Je ne suis pas musicien alors autant te laisser le plaisir d’apprendre directement de Larry Graham sensei pour comprendre ce qu’est le funk et le slap bass.

 

 

Le groupe va tellement développer la musique funk qu’ils iront jouer à Woodstock en 1969 devant plus de 500 000 personnes et faire de ce moment, quelque chose de clé dans le développement de la musique funk.

 

Grâce à ce moment décisif, le Funk était devenu, à partir des années 70′, la musique des jeunes.

 

Les artistes qui faisaient encore de la Soul ont dû réagir pour ne pas mourir face au phénomène Funk qui ne faisait en réalité que commencer.

 

Ce qui nous amène au dernier personnage funk dont je parlerais, et pas des moindre.

 

histoire-locking-george-clinton

George Clinton

 

Père de la P-Funk, un mix entre funk et rock psychedelic, George Clinton qui a débuté sa carrière de musicien avec un style très propre sur lui, est depuis devenu l’une des personnes les plus excentriques que tu puisses trouver sur scène.

 

Il avait l’habitude de ramener une soucoupe volante en plein concert, pour en sortir tel le messie, devant un public déjà prêt à assister à ce qui se rapproche plus d’une expérience spirituelle qu’à un concert.

 

Pour lui la Funk, c’était un mode de vie et ses premiers morceaux seront incompris par le public, tellement son style était en avance sur le funk de James Brown par exemple.

 

Tu t’imagines bien qu’avec un style vestimentaires pareil, c’était pas le genre de mec à te faire la même musique clean et propre sur elle que la plupart des gens, tout ça ne l’intéressait pas.

 

Pour créer son style si funky, il a pris les règles et codes du R’n’B qu’il connaissait par cœur, les a utilisés et transformés à sa sauce avec son groupe ‘The Parliement’ puis ‘Funkadelics’.

 

Malgré l’incompréhension du début pour un tel personnage, cela ne l’a pas empêché de continuer et de montrer que même en étant noir, tu peux être une star de la musique, tout en faisant absolument ce que tu as envie au niveau artistique et être aussi fou sur scène que tu as envie de l’être.

 

Ashamed of being black, shamed of being a negro, because it was built into you to be ashamed of yourself

George Clinton parlant de la société aux Etats Unis

 

George Clinton restera à jamais un exemple de créativité, regarde moi ça, une soucoupe volante, en plein concert ! “I see the mothership coming !”

 

 

Il y aurait encore tant à dire sur la musique Funk, mais c’est largement suffisant pour commencer à parler du Locking et comprendre d’où part la création des Funk Styles.

 

Le Locking

 

Le Locking, aussi appelé le Campbellocking va être créer par Don ‘Campbellock’ Campbell.

 

Au début des années 70, Don Campbell essayant de reproduire la danse du ‘funky chicken’ , va improviser et rajouter des pauses entre chaque mouvement, comme le ferait quelqu’un qui apprend une nouvelle danse.

 

Il va alors avoir l’idée de développer cette façon de danser en bloquant (to lock) ses mouvements et créer une pause entre les pas.

 

Le Locking originel était entièrement basé sur l’improvisation.

 

Son style va se développer dans les boîtes de nuit de Los Angeles.

 

Notamment ‘The Citadel’, boîte de nuit où Toni Basil (danseuse de renommée mondiale qui a grandement développé l’art de la danse) va rencontrer pour la première fois Don Campbell grâce à Lamont Peterson, danseur de Waacking qui a aussi dansé dans l’émission Soul Train et sur Broadway.

 

C’est à ce moment que le Locking va prendre forme grâce à la rencontre de plusieurs personnes qui donneront vie au plus grand (en terme d’héritage culturel) groupe de Locking ayant jamais existé.

 

PS : Pour éviter de te mettre un pavé énorme de noms qui n’en finit pas, tout les danseurs sont listés à la fin de l’article ne t’en fais pas.

 

The Lockers

 

 

Après que tous ces danseurs se soient rencontrés, tout va se mettre en place pour le Locking.

 

En 1972-73, Campbell Jr va co-créer le premier groupe de Locking, ‘Creative Generation‘ au côté de « Scooby Doo », les « Go-go Brothers », « Skeeter Rabbit » et des danseuses telles que Arnette JohnsonFredy Maxie et Shelly Cepeda.

 

Le groupe va partir en tournée avec des membres du Watts Writers Workshop (un atelier d’écriture qui a aidé les jeunes des quartiers de Los Angeles après les émeutes de 1965) et structurer le Locking pour pouvoir l’apprendre aux jeunes.

 

En 1973, Don Campbell avait déja créé son groupe, les ‘The Campbellock dancers’ qui deviendra ensuite ‘The Lockers‘.

 

Campbell Jr, fort de son expérience pour structurer le Locking, va introduire la chorégraphie au groupe de Don Campbell et le reste n’est qu’histoire.

 

Les Lockers vont devenir le groupe de Locking qui va détruire les barrières et faire connaître le Locking au monde entier grâce notamment aux apparitions à la télévision.

 

Locking is one the fundamentals bases of urban, cultural movement. Hip Hop wouldn’t have a groove without it.

Usher

 

A l’époque, d’autres groupe notables comme le ‘33rpm’,’The Alphabet Kids’, ‘Wild and Repectful’, ‘The Ghetto Dancers’ et ‘The Something Special’ vont eux aussi contribuer au succès du Locking.

 

Grâce aux apparitions à la télévision, le Locking va devenir populaire et à partir de 1973, comme à peu près dans tout nouveau mouvement qui marche bien, il y aura beaucoup d’usurpateurs.

 

A une époque où toute la transmission se faisait en personne, sans téléphone, ni internet, il était plus simple de faire croire des choses fausses.

 

Beaucoup se feront passer pour des danseurs du groupe originel ‘The Lockers’ et d’autres auront trouver une manière de faire de l’argent sans comprendre toute la philosophie derrière le Locking, l’héritage culturel de la Funk et les pas de danses.

 

En 1974, Jimmy “Scoobydoo Foster partira en tournée avec son groupe ‘The Something Special’ pour populariser le Locking en Asie et plus particulièrement au Japon.

 

C’est à partir de 1976 que les Lockers vont se disperser et recréer plusieurs fois le groupe jusqu’aux années 80.

 

Un membre du groupe, Tony ‘Go-go’ Lewis ira jusqu’à créer son école pour continuer d’introduire le Locking au Japon et créer son style, le ‘Fusion Lock’, au milieu des années 80′.

 

Quels sont les pas de danses en Locking

 

Mouvements de Base

Pacing or Timing

Arm Locks

Giving 5

Back to front claps Up Lock (muscle man)

 

Don ‘Campbellock’ Campbell

The Don Campbell Walk

 

Damita Jo Freeman

The Funky Guitar

 

Jimmy “Scooby doo “Foster

The Scooby Doo

The Sneek (devenu the Seek)

Quickies (devenu Stop n Go)

 

James “Skeeter Rabbit “Higgins

The Skeeter Rabbit

Hat Twirles

 

Greg “Campbellock Jr. “ Pope

The Pimp Walk

 

Charles “ROBOT” Washington

The Robot

 

Leo “ Flukey Luke “ Williamson

The Which Away

Leo Lock

Leo Walk

Killing Roaches

 

Mr. Penguin “ Berry

The slow motion

The helicopter

The volskwagon

 

The Go-Go- Brothers (Tony Lewis and Edwin “Buddy” Lombard)

Keepa Runnin, Sara Walk, the Super Fly

 

Alpha Omega Anderson

The Alpha

 

Sambo “Lock” McCloud

Butt Drops

Locking Hand Shakes

 

La danse va aussi se développer avec des pas spectaculaires comme des sauts en retombant sur les genoux, des grands écarts ou des flips, ce qui ajoute un côté aérien à la danse (si tu as les genoux fragiles fais gaffe quand même avant de tenter ce genre de choses).

Si tu lis l’anglais, va voir sur ce site : www.lockerlegends.net toutes les explications des pas et même leurs origines sont expliqués. Sans le travail de recherche incroyable, il m’aurait été impossible de savoir qui avait développé quel pas.

 

Comment le Locking s’est développé dans le Monde

 

En plus de développer leur style dans les boîtes de nuit de Los Angeles, les Lockers bénéficieront d’apparitions à la télévision et notamment dans l’émission The Soul Train, créée en 1971 par Don Cornelius.

 

The Soul Train a permis de mettre en avant la danse et les différents types de danse de l’époque, dont les Funk Styles tout juste naissant sur la côte ouest.

 

Pas mal de groupes ont participé à l’émission, donnant à la danse Hip Hop une exposition dans les grands médias et permettant au grand public de connaître ce mouvement.

 

Pour la culture afro-américaine, la musique et les danseurs, c’était une opportunité à ne pas rater car rien de ce genre n’existais à l’époque.

 

PS : Nous reparlerons en détails de Soul Train, dans l’article sur l’histoire du Popping.

 

 

Quand le Locking et le Popping ont commencé à se développer dans les années 70, ces styles ne faisaient pas du tout partie de la famille du Hip Hop.

 

Les danseurs de la côte ouest n’avaient aucune idée de ce qui se passait sur la côte est.

Ils ne savaient pas qu’un mouvement était en train de naître dans le Bronx, créant le Break dans sa foulée.

 

C’est seulement quand le Hip Hop va prendre de plus en plus d’ampleur que les médias auront clairement la flemme de faire des recherches et ne sauront plus comment catégoriser les différentes danses et les mettront sous le même toit en parlant de danses Hip Hop (je dis ça mais notre blog s’appelle aussi danse Hip Hop et on parle des funk styles, pardon pour l’hypocrisie).

 

Les médias des années 80 iront même jusqu’à parler de break-dancing en mettant dans le même bateau le b-boying et les funk styles, ce qui créa encore plus de confusion et un manque de reconnaissance pour les funk styles.

 

Certains mouvements de danse ne recevront eux non plus pas assez de crédit, comme le Moonwalk.

 

Ce pas qui s’est fait connaître par Jeffrey Daniels chanteur du groupe Shalamar, devenu par la suite chorégraphe de Michael Jackson va populariser ce pas durant une émission TV, le Top of the Pops.

 

Ce qui était un pas que James Brown commençait déjà à développer à l’époque de sa chanson ‘Good Foot’, ne sera jamais vraiment crédité comme l’héritage de la musique funk ni des danses funk.

 

Je ne critique pas Michael Jackson, c’est un danseur incroyable et il a permis à la danse en général d’être au devant de la scène et dans les clips musicaux, mais il y a clairement un manque de reconnaissance pour le Locking et le Popping surtout après ce qu’ils ont permis en terme de développement de la danse au niveau mondial.

 

Conclusion

 

Sans James Brown ou George Clinton, ni le rap de la côte ouest avec ses vibes funky, ni le début du Hip Hop dans le Bronx n’aurait vu le jour.

 

Le Hip Hop est né grâce à l’héritage du Funk et à James Brown.

 

Quand le Funk a commencé à être détrôné par le Disco, le Rap a permis aux nouvelles générations de se réapproprier les musiques funk et de remettre tous les artistes qui avaient inspiré les premier pionniers du Hip Hop au devant de la scène, notamment grâce aux samples.

 

James Brown restant à ce jour l’un des artistes les plus samplé de tous les temps, tant son héritage est immense pour le Hip Hop et la musique en général.

 

La création d’un nouveau mouvement après la perte en notoriété du Funk n’est pas une coincidence. Le Hip Hop, le Funk et avant eux, la Soul et le R’n’B ont toujours été des musiques qui ont représenté ceux qui ne l’étaient pas dans la société.

 

Car au cœur de ces différents styles réside une possibilité pour celui qui a été oppressé de différentes manières selon l’époque d’ouvrir sa bouche et mettre ses tripes sur la table.

 

Pour ce qui est de la danse, si Don Campbell, n’avait pas été inspiré par le funky chicken de Rufus Thomas, les danseurs qui ont permis de structurer le Locking ne se seraient pas rencontrer et la création du Popping par Boogaloo Sam n’aurait pas pu avoir lieu.

 

Le Locking et plus particulièrement les Lockers, resteront à jamais l’un des groupes ayant le plus développé la danse dans le monde.

 

Un art qui reste, à mon goût, souvent peu connu du grand public et éclipsé par le succès de la musique qu’elle accompagne.

 

Si tu veux aller plus loin

 

histoire-locking-emissions-tv

EMISSIONS TV & VIDEOS

Soul Train – USA

Chaîne youtube de Toni Basil

Don Campbell expliquant l’histoire du Locking

Interview de Penguin, Shabba Doo, Popin Pete (Boogaloo – Popping) & Spaz

Interview de Toni Basil – Funk Stylers Television

Reportage sur George Clinton

 

histoire-du-break-films

FILMS

The Story of Funk – One Nation under a Groove

Soul Train – The Hippest Trip in America

Parliement Funkadelic – One Nation under a Groove

Wattsax – Documentaire sur le Watt Stax, festival de musique à Los Angeles en 1965 juste après les émeutes

 

histoire-du-break-clips-musicaux

CLIPS MUSICAUX

The Lockers

James Brown – Say it loud, I’m black and I’m proud

Sly and the Family Stone – Live Woodstock

George Clinton – Atomic Dog

Snoop Dogg avec George Clinton & Bootsy Collins Live

Ice Cube – Bop Gun ft George Clinton

 

histoire-du-break-evenements

ÉVÉNEMENTS

Juste Debout – FR

Summer Dance Forever

World Hip Hop Dance Championship

 

LES PIONNIERS DU LOCKING

 

The Lockers

Don ‘Campbellock’ Campbell

Greg “Campbell Jr” Pope

Jimmy “Scooby doo” Foster

Fred “Mr. Penguin” Berry

Toni Basil

The Go-Go- Brothers (Tony Lewis and Edwin “Buddy” Lombard)

James “Skeeter Rabbit” Higgins

Leo “Fluky Luke” Williamson

Johnny “Sambo Lock” McCloud

Charles “Robot” Washington

Bill “Slim Robot” Williams

 

The Ghetto Dancers

Greg “Captain Crunch” Dandridge

Eugene “F&M” Henderson

Kenny “Flea Lock” Henderson

Morris “Cisco Kid” Bailey

Steve “Sinbad” Crane

 

The Alphabet Kids

Haywood “Tito” Collins

‘Tick’

‘Mr. X’

 

Autres groupes et danseurs

 

The Something Special

33rpm

Wild and Repectful

Guy “Shocklock” Evans

Jeffery “Cat Man” Macintire

Roy “Lie Lock”

“Sneaky T”

Enock “Elmer Fudd” Smith

John “Okiedoke” Wilson

Arnetta “Nettabug” Johnson

Fredi Maxie

Shelly Cepeda

 

 

Nous remercions tous les pionniers de la culture Hip Hop qui ont marqué l’histoire, et à tous ceux qui continuent de développer la danse Hip Hop dans le monde.

 

Dis nous en commentaires quels danseurs de Locking te font le plus kiffer !

 

Ce qu’on appelle généralement “le Hip Hop” en danse est plus diversifié que l’on pense.

Le “Hip Hop” est une grande famille qui regroupe pleins de façons de danser.

Le terme “la danse Hip Hop” peut être mal interprété. Il faut bien comprendre qu’il n’y a pas une danse unique en Hip Hop. Cet art est tellement plus riche que ça ! Il existe plusieurs styles de danse Hip Hop.

En fait c’est comme si on disait qu’un bboy dansait pareil qu’un locker

 

styles-de-danse-hip-hop

Je parle chinois ?

Pour prendre une autre comparaison qui te parlera sûrement mieux : c’est comme dans le Rap. Il existe plusieurs variantes, plusieurs sonorités différentes, autant dans les instrus, les thèmes abordés par le rappeur que sa façon de poser sa voix. Et bien en danse Hip Hop c’est la même chose. Il existe différents styles qui ont chacun des codes spécifiques.

Mais je comprends que ce soit compliqué, surtout pour les débutants, de reconnaître tous les différents styles de danse Hip Hop.

 

On va t’aider en te répertoriant tous les styles de danse reconnus comme faisant partie de la culture Hip Hop et en t’expliquant d’où ils viennent et comment les reconnaître facilement !

 

Quels sont les styles de danse Hip Hop ?

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-break-dance-style

Le Break/ B-boying

 

Histoire de la danse :

breakbeat = le moment dans une musique où on entend seulement la basse, la batterie et la guitare.

Durant les block parties, c’est sur cette partie de la musique que les bboys s’amusaient le plus. Les DJ ont donc trouvé des techniques pour faire durer le breakbeat plus longtemps. D’où le nom “breaking” = danser sur le break de la musique.

Le Break est ainsi né durant les années 1970 dans le Bronx à New York. Il prend naissance en même temps que les autres arts de la culture Hip Hop (DJing, MCing et Graffiti).

Clique ici si tu veux en apprendre plus sur l’Histoire du Break.

 

Spécificité de la danse :

Le b-boying se pratique essentiellement au sol, à l’inverse des autres danses Hip Hop.

C’est une danse acrobatique qui mêle force et souplesse.

 

Les mouvements de base :

le top rock : le danseur se prépare à aller au sol en faisant des pas debout. Certains de ces pas sont empruntés de la gestuelle des boxeurs ou de pas de danses latines.

le up rock : autre façon pour le danseur de préparer sa descente au sol. C’est une simulation de gestes de combat : coups, esquives, parades. Ca crée du jeu dans le battle.

le foot work : le danseur est au sol et joue en se déplaçant et en changeant ses appuis de mains, genoux et pieds.

les phases (ou power moves) : mouvements physiques et acrobatiques. Ce sont principalement des tours sur la tête, le dos, les mains. Le danseur travaille sur la précision, la vitesse, les directions et l’énergie des phases.

les freezes : arrêt dans l’enchaînement des mouvements pour surprendre le spectateur. C’est souvent le moment où tu regardes le bboy et tu te dis “wtf comment il fait ça avec son corps ? Et comment il peut être en équilibre seulement sur son petit doigt ???”

 

Danseurs à retenir :

Bboy Mounir, Lilou, Hong10, Junior, Pocket, Ronnie… Il y en a trop ! Impossible de tous les citer.

Certains font aussi parti de crew comme le Vagabond Crew ou The Floorriorz.

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-locking-style

Le Locking / Lock

 

Histoire de la danse :

to lock = verrouiller.

Le Locking est une danse debout d’inspiration funk. Elle est née dans les années 1960 dans un club de Los Angeles par Don Campbell.

Clique ici si tu veux en apprendre plus sur l’Histoire du Locking.

 

Spécificité de la danse :

C’est une danse festive qui se caractérise par des mouvements fluides et arrondis, très funky associés à des arrêts pour surprendre le spectateur.

 

Les mouvements de base :

le pointing : consiste à tendre les bras et pointer du doigt vers une direction

le rolling : rotation des poignets

le clapping : clapper les mains entre elles, ou même sur le sol

 

Danseurs à retenir :

Old School : Don Campbell, The Lockers

New School française : Manu et Loic, P Lock, Candyman, Zid, Willow, Funky J

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-popping-style

Le Popping / Pop

 

Histoire de la danse :

to pop = éclater (comme le pop corn !)

Danse debout faisant parti des funk styles comme le Lock. Elle est née dans les années 1970 en Californie.

 

Spécificité de la danse :

La technique de cette danse est de contracter puis relâcher ses muscles le plus vite possible. Cela donne un effet de pop, d’éclatement, de pulsions.

 

En battle le popping peut prendre plusieurs formes :

le waving ou smurf : le danseur s’applique à faire des mouvements d’ondulations et de vagues qui se transmettent d’une partie du corps à l’autre. T’as l’impression qu’une vague d’énergie se déplace dans le corps.

le robot : imitation des mouvements mécaniques d’un robot. Le danseur isole chaque partie de son corps et décompose chaque mouvement pour rendre cet effet robotique.

le sliding : déplacements sous forme de glissades au sol où le danseur alterne différents appuis (notamment les demi-pointes et talons). Cela donne l’illusion que le danseur glisse sur le sol comme sur de la glace ou en apesanteur. Un pas très connu de sliding est le fameux moonwalk (marche sur la lune, l’apesanteur, la gravité, tu commences à visualiser !)

le tetris ou tutting : le danseur dessine avec ses bras, ses doigts ou ses jambes des formes angulaires, ce qui crée un jeu de lignes.

le boogaloo : le danseur travaille sur des mouvements fluides, donnant un effet de pantin désarticulé.

le slow motion : effet visuel et musical où le danseur ralentit ses mouvements pour donner l’effet qu’il bouge au ra…….len…….ti.

 

Danseurs à retenir :

Old School : Electric Boogaloos

New School à l’étranger : Lia Kim, King Tutat
Nos français : Bruce Ykanji, Nelson, Salah, Sadeck, Marie Poppins

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-hip-hop-new-style

Le Hip Hop New Style

 

Histoire de la danse :

Cette danse prend plusieurs noms : Hip Hop New Style / New School / Freestyle.

Elle est née dans les années 1990 avec le changement de sonorités, plus électroniques, des musiques.

C’est surement l’image que les gens ont le plus facilement en tête, avec le breakdance, quand on leur dit “danse Hip Hop”. C’est celle la plus mise en avant ces dernières années.

 

Spécificité de la danse :

Danse métissée qui s’inspire autant des autres styles de Hip Hop que d’autres styles de danse qui ne font pas parti de la famille Hip Hop. Ce style laisse au danseur la liberté dans son interprétation.

 

Les mouvements de base :

Il n’existe pas de mouvements spécifiques à cette danse. Pour faire court, le but c’est : innover, trouver de nouvelles façons de bouger, être en accord avec la musique, créer son propre style.

 

Danseurs à retenir :

Les Twins, Physs, Kefton, Icee, Waydi, Boubou, Skitzo, Diablo

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-house-style

La House Dance

 

Histoire de la danse :

La House Dance est apparue dans les années 1970-1980 au cœur des clubs de Chicago et New York.

Cette danse prend ses influences de plusieurs styles : claquettes, danses latines, africaines et même disco.

 

Spécificité de la danse :

La spécificité de cette danse vient de sa musique. La prise du temps se fait en l’air et non au sol. Cette différence rythmique crée une danse fluide, légère, qui joue sur les appuis plus aériens et sautés.

 

Les mouvements de base :

le jacking : impulsion qui se répercute sur le buste (s’inspire du jouet “Jack in the box” où un clown jaillit d’une boîte)

les talon-pointe : jeu d’appuis

les rebonds : en House le danseur ne s’arrête jamais de rebondir, autant avec son buste, qu’avec des petits sauts sur le sol

 

Danseurs à retenir :

Old School : Brian Footwork Green, Marjory Smarth, Ejoe Wilson

Nos français : Mamson, Yugson, Babson, Kapela (issus des groupes Wanted Posse et Serial Stepperz), Didier Firmin

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-krump-style

Le Krump / Krumping

 

Histoire de la danse :

Krump = kingdom radically uplifted mighty praise. Difficile à traduire en français, (“éloge puissant d’un royaume radicalement élevé”) mais on comprend tout de suite que cet art prend sa source dans un truc mystique.

Le Krump est apparu dans les ghettos de Los Angeles au début des années 1990.

Il descend du “clowning”, le fait de se déguiser en clown et de danser pour divertir les enfants durant leurs goûters d’anniversaire. La concurrence était tellement rude, que c’est par le battle que les danseurs gagnaient leur place. (Dure dure la vie de clown…)

Le Krump s’est ensuite répandu comme moyen d’échapper à la vie des gangs en relâchant cette rage d’une façon non violente.

 

Spécificité de la danse :

C’est une danse énergique qui a un rôle d’exutoire.  Elle a un côté très spirituel et voire même animal. D’ailleurs plusieurs danseurs de Krump portent des noms d’animaux, rien d’anodin.

Elle prend ainsi forme par des mouvements rapides, secs, forts, qui résonnent.

 

Danseurs à retenir :

Américains : Tommy the Clown (inventeur du clowning), Tight Eyez et Big Mijo (créateurs du Krump), le groupe The KrumpKings, Miss Prissy, Lil C

Nos français : Grichka, Alexandre Cyborg, Wolf

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-voguing-style

Le Voguing / Waacking

 

Histoire de la danse :

voguing = nom inspiré du magazine de mode Vogue

Cette danse est né dans les boîtes gays des communautés afro-américaines et latinos de Los Angeles et New York pendant les années 1980.

 

Spécificité de la danse :

Le Voguing s’inspire des défilés de mode. Les danseurs jouent sur les attitudes et les poses extravagantes comme s’ils défilaient sur un podium. Il y a également une féminité affirmée dans les mouvements, que le danseur soit femme ou homme.

 

Les mouvements de base :

le wacking : jouer sur les attitudes comme les mannequins ou les actrices

le punking : mouvements de bras très rapides autour de la tête

les poses extravagantes : debout comme au sol, le danseur “tape la pose”

 

Danseurs à retenir :

Old School : Archie Burnett, Willi Ninja

New School : Aya Sato et Bambi, Ibuki

 

 


Tu sais tout sur les différents styles de danse Hip Hop !

Tu n’as plus le droit de te tromper entre le Locking et le Popping, ni de croire que la danse Hip Hop se réduit au Break.

Notre culture est riche !

Il existe forcément un style de danse Hip Hop qui va te plaire !

Ce sera plus clair pour toi quand tu regarderas un battle ou quand tu voudras t’inscrire à un cours de danse Hip Hop !

 

 

Dis nous en commentaire quel est ton style de danse Hip Hop préféré !