Comment améliorer simplement ta musicalité

Comment-ameliorer-simplement-ta-musicalite

 

La dernière musique de Missy Elliott vient de sortir, tu as forcément envie de danser dessus !

Tu fais de la place dans ta chambre, tu lances la musique, tu commences à danser et là… ça coince, tu n’y arrives pas, tous les mouvements que tu essayes de faire ne collent pas avec la musique. Tu t’y reprends à plusieurs fois mais ça ne veut pas, rien ne fonctionne. Danser devient un casse tête, tu voulais juste te faire plaisir mais là c’est tout sauf plaisant donc tu éteins spotify et tu abandonnes en te posant devant une série…

 

Danser se révèle finalement plus dur que prévu… Mais pas de soucis, tout problème a une solution !

Ce qui te pose problème ici c’est : la musicalité !
On pourrait croire que c’est compliqué mais pas du tout. En s’entraînant avec des exercices ciblés, la musicalité va devenir un jeu d’enfant.

 

On t’a préparé plusieurs exercices simples que tu peux faire chez toi et qui vont améliorer ta façon de danser du tout au tout !
Fini la galère pour s’approprier les musiques.
Tu as aujourd’hui le privilège de recevoir notre entraînement spécial digne des plus grands ninja expert en musicalité.

 

 

Déjà la musicalité qu’est-ce que c’est ?

 

Pas de danse sans musique.

 

(C’est pas tout à fait vrai mais on va faire simple pour cette fois).

Tout type de danse part de la musique. Ce sont deux arts complémentaires.

Quand tu veux danser chez toi, tu mets d’abord la musique à fond, n’est-ce pas ?
Mais ok mettre de la musique et bouger son corps dans tous les sens sur du Beyoncé c’est marrant, mais c’est pas ça être un vrai danseur. Il manque un élément essentiel : la musicalité.

 

La musicalité est une des clés pour être un jônin de la danse.
(jônin = ninja niveau expert)

Les meilleurs danseurs prennent le temps d’écouter la musique avant de danser. Ils ont des oreilles affûtées et peuvent entendre des subtilités dans le son que tu n’avais pas entendu. A force d’entraîner leur shakra, ils arrivent même à prédire l’avenir et anticiper la prochaine note de musique.

Leurs oreilles ne sont pas leurs seules armes. Ils ont un corps endurci prêt pour chaque battle. Leur corps et la musique ne font plus qu’un. C’est comme s’il devenait un instrument. En les regardant danser, tu as la sensation d’entendre encore mieux la musique.

Tout cet art parait naturel vu de l’extérieur, mais il faut suivre des entraînements dignes des plus grands ninja pour en arriver à cette maîtrise.

Et c’est exactement ce que tu vas devoir subir pour faire parti des maîtres de la musicalité.

 

Du coup la musicalité pour faire simple : c’est la manière dont le danseur écoute et interprète la musique avec son corps.

Le danseur joue avec deux notions :

– sur quels sons il choisit de danser

– quels mouvements il choisit de faire coller à chaque son

 

L’interprétation d’une même musique reste propre à chaque danseur.

Tu as sûrement déjà vu des chorégraphies sur une même musique qui sont pourtant complètement différentes.

 

Tout comme en battle, les danseurs se confrontent sur la même musique et pourtant le rendu n’est pas le même.

(Bon j’avoue avoir grossi les traits parce que ici c’est un battle entre deux danseurs qui ne concourent pas dans la même catégorie : Nelson en popping et Diablo en new style, mais je préfère que tu visualises bien).

 

 

Du coup comment devenir bon en musicalité ?

 

Pour arriver au niveau des plus grands, tu vas devoir travailler autant ton mental que ton physique.

Commençons ton entraînement de jeune ninja !

 

Premier niveau : Entraîne tes oreilles

 

Comment-ameliorer-simplement-ta-musicalite-entraine-tes-oreilles

 

Comme on te l’a dit, la musique toujours avant la danse.

C’est pourquoi il faut que tu t’habitues à écouter de la musique le plus souvent possible. Et je dis bien écouter et non entendre. 
Écouter la musique c’est vraiment être concentré sur les éléments qui la composent et quelles sensations ce mélange te procure.

Pour cela, tu as plusieurs exercices à faire.

 

Entraînement 1 : Écoute de la musique tous les jours

J’imagine que ça tu le fais déjà, mais il faut vraiment que tu habitues tes oreilles à écouter de la musique le plus souvent possible.

Écoute de la musique partout. Quand tu es dans le bus, dans le métro ou sur le chemin de ton cours de danse, met tes écouteurs et fais défiler tes musiques préférées.

Plus tes oreilles et ton cerveau s’habituent à la musique, plus cela devient un langage naturel.

 

Entraînement 2 : Écoute la musique les yeux fermés sans bouger

En fermant les yeux, cela devient plus facile de te concentrer. Tu évites toute distraction, seul tes oreilles travaillent.

Surtout en tant que danseur, trop souvent on se jette dans le bain à vouloir créer une chorégraphie alors qu’on a à peine écouté la musique. Alors que si tu prends le temps d’écouter la musique tranquillement avant de commencer à danser, tout deviendra plus simple.

Tu mets en route la musique, tu t’assois en tailleur, tu fermes les yeux, tu respires un bon coup et tu écoutes la musique sagement.

Ce sera plus facile de danser car ton cerveau aura eu le temps d’approprier la musique.

Le but ici est d’écouter la musique sans trop réfléchir, de te laisser aller avec la musique.
Le casse-tête c’est l’exercice qui vient !

 

Entraînement 3 : Décortique la musique

Met une musique que tu aimes et concentre toi sur la manière dont elle a été construite. Tu peux le faire les yeux fermés comme l’exercice précédent si ça t’aide.

A part si tu es un génie de la musique, tu vas devoir l’écouter plusieurs fois d’affilé pour vraiment capter toutes ses subtilités.

Toute musique a une recette. Si tu repères les ingrédients, tu deviendras meilleur en freestyle et ce sera plus facile de construire tes chorégraphies.

Tu vas devoir scanner la musique couche par couche pour trouver tous les éléments qui la composent :

– Les instruments : guitare, basse, batterie, cuivres, violon, etc.

– Les lyrics.

– La construction de la musique : intro, couplets / refrain, outro.

– Le rythme et énergie : lent, rapide, dynamique, joyeux, funky, triste, détendu, etc.

Après avoir décortiqué chaque son présent dans la musique, ce sera un jeu d’enfant pour danser dessus. Tu pourras capter des subtilités que d’autres danseurs n’auront même pas vues. Ça va te donner un vrai avantage, autant si tu veux être danseur interprète, chorégraphier ou faire du freestyle.

 

Entraînement bonus : Apprend à compter en 8 temps

Je t’avoue ne pas être la plus adepte des comptes. Mais cela reste un classique pour ne jamais perdre le rythme et comprendre la construction de la musique.

Ça sert surtout en chorégraphie et moins en freestyle.

On compte en 8 temps dans la plupart des danses car les musiques sont construites en 4 temps / 4 temps.
C’est la façon la plus simple pour les chorégraphes d’écrire leurs mouvements.
En comprenant cette construction, c’est plus facile pour danser sur toutes les musiques.

Avant de commencer une chorégraphie, on compte 5, 6, 7 et 8. Le temps 1 qui suit indique le temps de départ.
Tout au long de la musique on compte en 8 temps : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8.
On peut aussi rajouter des demi mesures : et 1 et 2 et 3 et 4 et 5 et 6 et 7 et 8. Ce qui crée 16 comptes au lieu de 8.

Si tu suis les comptes, tu n’as aucune raison de perdre le rythme ou de te tromper de pas dans ta choré. C’est comme un métronome, ça te permet de ne pas perdre le fil.

 

 

Tu possèdes désormais la technique dite de « l’anticipation ».

 

Chaque style de musique a ses propres codes.

A force d’écouter de la funk par exemple, tu reconnais les instruments souvent présents comme le saxophone, la batterie ou la basse.
Ou dans le rap, tu sais que tu vas pouvoir reprendre certaines lyrics pour les mimer dans ta danse.

A force de t’habituer à tous ses codes, en entendant 10 secondes de la musique, tu peux déjà avoir une idée de la sonorité du morceau.

 

Comme les musiques de chaque style se ressemblent, ça devient plus facile pour anticiper.

C’est pour ça qu’il faut aussi que tu écoute des styles de musique que tu apprécies moins. Tu t’habitues à toute construction de musique possible. Comme ça tu pourras danser sur tous styles de musique.

 

Tu verras qu’à force d’écouter de la musique, tu pourras anticiper la prochaine note de musique sans même savoir comment. C’est seulement que ton cerveau aura enregistré les constructions musicales sans même t’en rendre compte.

 

 

Deuxième niveau : Entraîne ton corps

 

Comment-ameliorer-simplement-ta-musicalite-entraine-ton-corps-ninja-danse

 

Après la musique, vient la danse.

Maintenant que tu as des oreilles de mélomane, tu vas travailler tes mouvements.

Parce que c’est bien beau de connaître tous les éléments d’une musique mais maintenant il faut l’adapter à ta danse.

 

Entraînement 1 : Danse sur un seul son à la fois

 

Après avoir décortiqué tous les éléments de la musique, tu vas devoir choisir un élément et danser seulement sur ce rythme.

Par exemple, une fois que tu as repéré le son de batterie, tu restes concentré dessus et tu danses seulement sur ce son.
Pas besoin de faire des pas de danse compliqués. Le but est vraiment de s’approprier la musique.

Répète la même opération en dansant seulement sur les lyrics, sur la basse, etc. Jusqu’à avoir épuisé tous les sons qui composent la musique.

Tu vas vite te rendre compte que c’est plus compliqué que prévu.
Au début il y a même de forte chance que tu n’entendes pas tous les sons ou que tu en mélanges plusieurs.
A force de t’entraîner cela deviendra de plus en plus facile.

C’est un exercice vraiment essentiel. Tu verras une énorme différence dans ta façon de prendre les sons.
Ton corps pourra danser sur tous les rythmes d’une musique en un clin d’œil.
De quoi tout déchirer en battle !

 

Entraînement 2 : Danse les yeux fermés

 

Dans le même esprit que d’écouter la musique les yeux fermés, en dansant les yeux fermés tu te concentres mieux.

En fermant les yeux, tu réfléchis à la sensation de chacun de tes mouvements en suivant la musique. Tu te concentres sur comment tes mains bougent, ton buste, tes pieds.

Tu ne te regardes pas dans le miroir donc tu ne réfléchis pas à faire des pas stylés qui rendent bien. Ici c’est vraiment une histoire de sensation.
On oublie de danser pour être beau gosse et on se concentre sur la musique. Il faut vraiment se laisser bercer par la musique et danser avec des pas simples.

En tant que danseur ninja tu dois apaiser ton esprit tel maître Shifu.

Essaye de ne pas tomber… Tu vas voir quand fermant les yeux tu vas perdre tes repères dans l’espace. Il est possible que tu te retrouves à l’autre bout de la pièce sans même t’en rendre compte.
Mais justement, c’est un exercice qui va aussi t’apprendre à contrôler ton espace sans tes yeux.

 

Entraînement 3 : Adapte tes mouvements à chaque son

 

Maintenant que tu sais écouter tous les sons qui composent une musique. Il va falloir apprendre à adapter tes mouvements en fonction de la sensation de ces sons.

Ta danse doit retranscrire l’énergie de la musique.

Par exemple, sur un son de batterie fort, un mouvement fort est l’option la plus logique. Tu peux faire un mouvement sec, un pop, un arrêt, etc.
C’est à toi de décider quel pas te semble le plus approprié en fonction de tes sensations.

Autre exemple, sur un rythme lent, tu peux faire une vague lente avec tout ton corps.
A l’inverse, sur un rythme saccadé tu peux faire une vague rapide en exagérant le passage de la vague du bout des doigts jusqu’à l’épaule.

Ce ne sont que des exemples mais c’est le principe que tu dois comprendre.

Les meilleurs danseurs sont ceux qui savent adapter leur danse en fonction de la musique.
Ils ne font pas des pas au hasard juste parce que c’est leur pas préféré et qu’ils veulent le placer quoi qu’il arrive. Ils adaptent leur style à la musique.

Ta danse doit être en cohérence avec la musique sur laquelle tu danses.
Essaye de capter les énergies et les textures du son pour trouver un mouvement qui colle le mieux dessus.

C’est sûrement l’exercice qui va te demander le plus de pratique. Mais une fois que tu l’auras intégré… ta danse n’aura plus rien à voir !

 

Conseil bonus : Danse sur les sons que personne d’autre ne prend

 

Ce n’est pas un exercice mais un conseil que je te donne si tu veux te démarquer des autres danseurs.

La seule façon de se démarquer de la concurrence est de faire différemment.

Une fois que tu auras habitué tes oreilles à décortiquer les musiques, tu auras le choix de prendre les sons et rythmes que tu souhaites de cette musique. Je te conseille justement de danser sur tous les sons subtils que personne d’autre n’ose prendre ou qu’ils n’entendent même pas d’ailleurs.

D’abord, ça va t’obliger à faire attention à chaque son de la musique et surtout tu vas te créer ta propre façon de danser. Tu auras un style en finesse qui paraîtra so fresh and so clean !

 

 

 

Tu as désormais toutes les clés pour devenir un ninja niveau expert en musicalité.

 

C’est à ton tour de jouer ! Entraîne toi le plus souvent possible. Devenir un vrai ninja de la danse demande beaucoup de temps et d’entraînement. Cela ne viendra pas tout seul.

En tout cas on a hâte de voir ce que tu nous prépares !
Tu vas nous créer des chorégraphies dignes de Parris Goebel.
Tu vas même pouvoir gagner un battle contre Les Twins.

 

N’hésite pas à nous partager en commentaire quelles sont tes astuces personnelles pour entraîner ta musicalité !

 

Partager l'article
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire