La danse Hip Hop est partout sur youtube.

Battles, chorégraphies, films de danse, conseils pour mieux danser, cours de danse, interviews de danseur. Tout y est.

Sans plus attendre, on va voir quelles sont les 24 meilleures chaînes youtube de danse Hip Hop !

(On t’en offre une en plus en cadeau à la fin !)

 

 

Les chaînes youtube de Battle

Impossible de parler de danse Hip Hop sans parler des battles.

C’est autant impressionnant à voir en vrai que sur youtube.

D’ailleurs, clique ici si tu veux aller à un battle en vrai.

 

Red Bull BC One

En résumé :

Le Red Bull BC One est une des plus grosse compétition de Break. Les meilleurs s’affrontent en 1vs1 pour remporter le prix du meilleur bboy de l’année.

C’est une compétition très rude que seuls les meilleurs peuvent atteindre.

Avoir les meilleurs bboys tous réunis au même endroit, préparés à se battre et motivés à gagner, ça crée forcément un show de dingue !

Et quand on n’a pas la possibilité de s’y rendre, on mate ça sur youtube !

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de Break
  • vidéos de battles organisés par Red Bull tout au long de l’année
  • vidéos de conseil venant directement des bboys faisant parti de l’équipe des Red Bull BC One All Stars

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @redbullbcone

 

Battle of the Year

En résumé :

Le BOTY est un battle de Break en équipe qui a lieu chaque année en Allemagne.

C’est la plus grosse compétition de Break en crews.

Les meilleurs viennent s’affronter pour remporter la victoire, ce qui donne des freestyles et des routines impressionnantes !

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de Break
  • vidéos de battles en crews

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @botyoffical

 

Juste Debout

En résumé :

Le Juste Debout est la plus grosse compétition de danse debout dans le monde.

Les meilleurs danseurs en Locking, Popping, House Dance et Hip Hop s’affrontent en 2vs2 une fois par an à Paris.

Avant, il y a des présélections pendant des mois dans le monde entier pour déterminer les participants des finales.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de danses debout : Locking, Popping, House, Hip Hop
  • vidéos des battles lors des finales à Paris
  • vidéos des présélections dans le monde entier

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @justedebout_officiel

 

TvGhettoStyle

En résumé :

GhettoStyle est l’organisateur du battle Fusion Concept qui a lieu chaque année à la fin de l’été sur Paris.

C’est un battle particulier où les danseurs s’affrontent en 2vs2 et 1vs1.

Il n’y a pas de catégories de style. Les danseurs se mélangent peu importe leur danse, qu’ils soient spécialisé en Krump, Locking ou Break.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de TOUS les styles de danse
  • vidéos des battles du Fusion Concept

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @fusionconcept et @ghettostylefam

 

Summer Dance Forever

En résumé :

Le Summer Dance Forever est une grosse compétition de danse Hip Hop qui a lieu à Amsterdam tous les ans.

Au menu : House, Locking, Popping et Hip Hop New Style en 1vs1.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de danses debout : House, Locking, Popping, Hip Hop
  • vidéos des battles du Summer Dance Forever

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @summerdanceforever

 

Stance

En résumé :

Stance est une chaîne youtube qui est spécialisé dans la rediffusion des battles du monde entier.

Ils filment beaucoup de battle et les postent rapidement sur leur chaîne youtube.

Ils s’associent aussi avec certains danseurs pour prendre en vidéo leur freestyle. Le visuel est propre car ils sont habitués à prendre des danseurs en vidéo.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de battles de pleins de compétitions différentes
  • vidéos de toutes les danses : Break et danses debout
  • vidéos de freestyle

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @stance

 

YAKBattles

En résumé :

YAKBattles est une chaîne youtube du même style que Stance.

Leur but est de diffuser les battles qui ont lieu un peu partout, dans tous les styles de danse Hip Hop.

Elle a aussi une deuxième chaîne centrée sur la création visuelle avec la danse, je t’en parle plus bas !

A voir sur cette chaine youtube :

  • vidéos de battles de pleins de compétitions différentes
  • vidéos de toutes les danses : Break et danses debout

 

ProDance TV

En résumé :

ProDance TV ressemble à Stance et YAKBattles. Le but est toujours de mettre en avant les battles de danse Hip Hop en diffusant les vidéos des compétitions sur youtube.

La seule différence est qu’elle est plutôt spécialisée en Break.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de Break principalement
  • vidéos de battles de pleins d’événements différents

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @prodancetv

 

BboyWorld

En résumé :

Ici le nom est assez spécifique. BboyWorld est une chaîne youtube entièrement dédiée aux bboys !

Tu peux voir pleins de battles de Break qui ont lieu tout au long de l’année dans le monde entier.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de Break
  • vidéos de pleins de battles de plusieurs événements

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @bboyworld

 

I Love This Dance

En résumé :

I Love This Dance est une chaîne youtube française.

Elle poste de nombreux freestyles de danseurs français ainsi que des battles.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de battles français
  • vidéos de freestyle

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @ilovethisdance

 

 

Les chaînes youtube de Shows Chorégraphiques

La danse Hip Hop a évolué et on la trouve aujourd’hui dans des shows chorégraphiques.

Les danseurs redoublent d’imagination pour créer des chorégraphies toujours innovantes.

Si tu veux aller voir des spectacles de danse Hip Hop en vrai, c’est par ici.

 

World Of Dance

En résumé :

World of Dance est une grosse compétition américaine de danse Hip Hop.

Les danseurs s’affrontent en groupe et montent des chorégraphies de dingue !

Le niveau est haut et ENORMEMENT de danseurs se présentent pour entrer dans la compétition.

Il y a des présélections dans pleins de pays du monde entier pour arriver jusqu’aux finales qui ont lieu aux USA.

Cette compétition a tellement pris d’ampleur qu’elle a été adaptée en émission télévisée sur la chaîne NBC avec comme jury Jennifer Lopez, Ne-Yo, Jenna Dewan et Derek Hough. La première édition a été gagnée par les Twins.

A voir sur cette chaîne :

  • vidéos de chorégraphie
  • vidéos des prestations des danseurs pendant la compétition

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @worldofdance

 

Hip Hop International

En résumé :

Hip Hop International est une grosse compétition de shows chorégraphiques dans le même style que World of Dance.

Des danseurs du monde entier viennent s’affronter en crews et montrer les chorégraphies qu’ils ont créé.

A voir sur cette chaine youtube :

  • vidéos de chorégraphie
  • vidéos des prestations des danseurs pendant la compétition

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @officialhhi

 

Vibe Dance Comp

En résumé :

Vibe Dance Comp est une autre compétition de shows chorégraphiques.

Chaque année, des milliers de danseurs montent sur scène pour faire le show. Ils créent des chorégraphies impressionnantes avec beaucoup de danseurs sur scène.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de chorégraphie
  • vidéos des prestations des danseurs pendant la compétition

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @vibedancecomp

 

 

Les chaînes youtube de Films de Danse

Avec internet et l’explosion des plateformes comme youtube, le visuel devient de plus important mais aussi de plus en plus accessible.

Pour faire un film il te suffit de prendre la caméra de ton téléphone avec un peu d’imagination tu peux créer un film !

Il y a de plus en plus d’initiatives qui mélangent l’art cinématographique et la danse.

Le format vidéo étant le format le plus logique pour transmettre de la danse, les deux arts se complètent.

La caméra est là pour accentuer les mouvements, donner un point de vue différent et mettre en avant la danse d’une façon originale.

 

YAKFilms

En résumé :

YAKFilms est une chaîne youtube mélangeant l’art du cinéma et de la danse.

Ils collaborent avec pleins de danseurs pour créer des vidéos uniques avec des visuels soignés.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de films de danse

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @yakfilms

 

Keone and Mari

En résumé :

Keone and Mari est un couple de danseurs.

Je t’avoue être une grande fan de leur travail.

Ils élèvent notre art car ils ont compris que le danseur n’est plus obligé de rester en second plan, derrière la musique ou derrière le chanteur.

Avec internet nous pouvons prendre la parole et se mettre à l’avant de la scène.

Ils ont créé de nombreux mini films entièrement dédiés à la danse et ils vont bientôt sortir le premier ebook de danse. C’est un livre interactif  mélangeant danse, musique, texte, film.

Ils ont aussi ouvert une salle de danse chez eux où tu peux prendre des cours particuliers : le Building Block.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de films de danse
  • vidéos personnelles

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @keonemadrid et @_marimadrid

 

The Kinjaz

En résumé :

The Kinjaz est un crew de danseurs américain.

Ils ont participé à de nombreuses compétitions comme Vibe ou NBC World of Dance.

Ils créent toujours des chorégraphies propres avec une précision de mouvements irréprochable. Ils ont l’air de ne faire qu’un.

A voir sur cette chaîne youtube :

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @kinjaz

 

Pacman

En résumé :

Phillip Chbeeb est un danseur qui utilise youtube depuis bien longtemps.

Il a upload sa première vidéo en 2005 !

Et il a toujours essayé de mélanger cinéma et danse.

Il utilise même des objets comme une tablette, un ordinateur ou la lumière qu’il associe à sa danse. Il crée avec ce qu’il a autour de lui et enrichit sa danse.

A force de faire des petits films de danse, on voit qu’il a réussi à devenir meilleur dans cet art. Ces dernière vidéos sont dingues !

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de films de danse

 

Tu peux aussi le suivre sur instagram : @phillipchbeeb

 

 

Les chaînes youtube de Conseils pour Danseur Hip Hop

Youtube est une très bonne plateforme pour apprendre.

N’importe qui peut t’apprendre comment faire une tarte aux pommes, réparer ton ordi et apprendre à danser !

Plusieurs danseurs te donnent des conseils et des cours de danse hip Hop directement sur youtube. (thanks internet !)

 

Kevin Paradox

En résumé :

Kevin Paradox est un danseur de Hip Hop New Style.

Il est habitué au battle et a décidé de partager son expérience dans des vidéos.

Il donne des conseils pour mieux danser, être à l’aise en battle, travailler sa musicalité, etc. Il traite pleins de sujets qui te permettent de devenir un meilleur danseur donc va voir ça !

Ces vidéos sont en anglais, désolé si tu n’écoutais pas en cours d’anglais au collège.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de conseils pour mieux danser
  • ses vidéos personnelles : freestyle, battle

 

Tu peux aussi le suivre sur instagram : @kevin_paradox

 

VincaniTV

En résumé :

Vincanity est un danseur de Break qui a beaucoup d’expériences en danse. Il a fait plusieurs compétitions et a des années de professeur de danse derrière lui.

Sur sa chaîne youtube, il a eu l’idée de partager son savoir gratuitement.

Tu peux apprendre le Break figure par figure. Il t’explique aussi comment t’étirer, comment te lancer pour ton premier battle, etc.

Si tu veux te mettre au Break ou améliorer tes techniques de bboy, c’est l’endroit parfait !

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos pour apprendre à danser le Break
  • vidéos de conseils pour mieux danser

 

Tu peux aussi le suivre sur instagram : @bboyvincanity

 

Steezy

En résumé :

Steezy est un site pour t’apprendre à danser de chez toi. Ils proposent pleins de cours de danse en vidéo avec différents professeurs.

Tu peux apprendre le Popping avec Boogie Frantick par exemple, ou pleins de chorégraphies cool avec des professeurs américains.

C’est un site très bien fait pour apprendre en vidéo. Leur logiciel est dingue !

Tu peux changer de point de vue, voir le professeur, de dos et de face. Les cours sont répertoriés en différents chapitres, c’est facile à suivre. Hésite pas à aller voir.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos des chorégraphies enseignées sur leur site
  • vidéos de conseils pour mieux danser

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @steezy.co

 

 

Les chaînes youtube de Cours de Danse Hip Hop

Avec les shows chorégraphiques, c’est clairement les vidéos de danse hip Hop les plus à la mode sur youtube !

Les professeurs mettent en avant leurs chorégraphies et leurs élèves en postant les vidéos de leur cours sur youtube.

Je t’en ai choisi que deux car il en existe beaucoup trop !!!

Je ne vais pas te parler des grosses chaînes youtube comme celles de WilldaBeast, Millenium Dance Complex, 1Million, etc, car je pense que tu les connais déjà et j’ai envie de te faire découvrir d’autres chaînes très intéressantes.

 

Urban Dance Camp

En résumé :

Urban Dance Camp est une école allemande. Elle est situé à la frontière entre l’Allemagne, la Suisse et la France donc si tu habites pas loin, n’hésite pas à y prendre un cours.

Pleins de professeurs talentueux donnent cours dans cette école.

Sur leur chaîne youtube tu peux avoir un aperçu de l’ambiance des cours et voir les chorégraphies enseignées par les professeurs.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos des professeurs et élèves pendant les cours de danse
  • vidéos de chorégraphie

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @urban.dance.camp

 

Tim Milgram

En résumé :

Tim Milgram est un photographe et vidéaste spécialisé dans la danse.

C’est souvent lui qui prend en vidéo les vidéos pendant les cours du Millenium Dance Complex, de WilldaBeast, etc.

Sur sa chaîne tu peux voir pleins de chorégraphies interprétées par pleins de danseurs différents.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de chorégraphie
  • vidéos de films de danse
  • vidéos de cous de danse

 

Tu peux aussi le suivre sur instagram : @timmilgram

 

 

Les chaînes youtube d’Interviews de Danseurs Hip Hop

 

Step X Step TV

En résumé :

Step X Step TV est une chaîne youtube qui a à coeur de mettre en avant la culture et la danse Hip Hop.

Tu peux voir des battles, des freestyles et des interviews.

Les interviews de danseurs ne constituent pas la majorité de leurs vidéos mais je trouve que c’est leur contenu le plus intéressant.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos de battles
  • vidéos d’interviews de danseurs en anglais
  • vidéos de freestyles

 

Tu peux aussi les suivre sur instagram : @stepxstepdance

 

Bboy Youval

En résumé :

Bboy Youval est un personnage important de la scène Hip Hop en France.

Il a organisé de nombreux battles à la Défense à Paris quand la danse Hip Hop en France n’était qu’à ses débuts.

Il est speaker dans de nombreux événements partout en France.

Et il a interviewé beaucoup, BEAUCOUP de danseurs Hip Hop français.

Si tu n’es pas familier de la scène Hip Hop française, tu risques de ne pas tout comprendre. Ce n’est pas vraiment destiné aux débutants mais c’est intéressant si tu veux en savoir plus sur ce que c’est d’être danseur.

A voir sur cette chaîne youtube :

  • vidéos d’interviews de danseurs français

 

 

BONUS : Notre chaînes youtube La Danse Hip Hop

Et oui La Danse Hip Hop a aussi une chaîne youtube !

Clique ici pour regarder nos vidéos.

On t’offre des conseils pour mieux danser, des interviews des meilleurs danseurs et pleins d’exclus !

Abonne-toi si tu ne veux rien rater !

 

N’hésite pas à nous suivre aussi sur instagram : @ladansehiphop pour toujours être au courant quand on sort de nouvelles vidéos et de nouveaux articles sur le blog. Et pour voir nos magnifiques montages photoshop bien sûr !

 


Va vite mater pleins de vidéos de danse Hip Hop sur youtube !

Battles, shows chorégraphiques, interviews, peu importe.

Les danseurs offrent pleins de contenus gratuits sur youtube donc profites en !

 

 

Dis nous en commentaire quelle est ta chaîne youtube de danse Hip Hop préférée !

 

Met toi dans l’ambiance en écoutant notre playlist Funk styles sur Spotify

 

Bien avant que le break voit le jour sur la côte est des Etats Unis, la côte ouest était déjà en train de s’enjailler sur les sons funk de James Brown ou de George Clinton.

 

C’est la rencontre de la Funk et sûrement du soleil qui va faire naître le groove des styles de l’ouest comme le Locking ou le Popping.

 

Ces deux danses, que l’on englobe autour du terme ‘Funk Styles’ ont une histoire totalement distincte des autres danses considérées comme Hip Hop.

 

On commence donc par la première des deux danses, le Locking.

 

Bien sûr, pour parler des Funk Styles, il faut être dans le délire, donc prend tes lunettes de soleil, sois relax, met toi un son qui te rappelle l’été, on part pour la côte ouest.

 

Histoire de la musique Funk

 

 

Si je devais faire ma propre définition de la musique Funk, ca donnerait sûrement quelque chose comme ça.

Funk \ fœŋk : Style de musique qui te rend heureux et te donne envie de danser.

 

Mais passons mes talents d’académicien, on va voir ensemble réellement ce qu’est la musique Funk, pourquoi sans elle le Hip Hop ne serait pas ce qu’il est, et enfin ce qui nous intéresse le plus dans cet article, pourquoi cette musique est la fondation des Funk Styles et donc du Locking.

 

Qu’est ce que le funk ?

 

Avant d’aller trop vite, revenons dans les années 60, toi et moi n’étions pas né (à part si tu est vieux, désolé de te l’apprendre) et en général on ne connait pas cette période.

Je parlerais essentiellement des populations noires des Etats-Unis ici, puisque c’est avec elles que le Funk va se créer, donc désolé pour tous mes babtous fragiles, mais c’est pas encore l’heure pour votre article.

 

Trève de bla bla.

Dans les années 60 donc, la musique que les afro-américains écoutaient était principalement de la Soul, et en particulier celle des labels comme Motown Records.

 

La Soul permet aux afro-américains de prendre la parole sur leur condition, mettant en avant qu’être noir n’était pas si simple aux Etats-Unis à cet époque.

C’est dans cet état d’esprit que le Funk va naître.

 

Le Funk au début des années 70′, va devenir la nouvelle musique permettant de prendre la parole.

Je tiens quand même à rappeler qu’en avril 1968, Martin Luther King venait d’être assassiné.

 

Une période où clairement quand tu parles trop on te fait taire (peu importe le sujet et l’époque tu me diras).

 

Un peu de contexte historique ça ne fait pas de mal.

 

C’est donc en dehors du contexte politique peu favorable aux leaders noirs que la musique funk va se développer petit à petit.

Et c’est avec Monsieur James Brown, légende de la musique, que tout va commencer.

 

 

histoire-locking-james-brown

James Brown

 

Il me faudrait un livre entier pour t’expliquer à quel point James Brown est précurseur pour le Hip Hop actuel, je vais donc m’efforcer de rendre hommage en étant clair et précis.

 

Au départ chanteur de R’n’B dans le milieu des années 60, ce n’est qu’à partir de 1968 que celui qu’on surnomme le ‘Godfather of Soul’ va développer un style bien plus rythmé, différent de la soul.

 

 

A l’époque où la Soul, le Rock et le R’n’B donnaient une grande importance au 3ème et 4ème temps, la musique que va développer James Brown va mettre l’accent sur le 1er temps de la musique avec une basse et des percussions qui tapent fort dès le début.

 

Mettre l’accent sur les percussions et la basse ne sont pas les seuls caractéristiques de la musique funk, si tu regardes bien cette vidéo, tu peux voir que toutes les personnes sur scène prennent part au morceau qui est joué, jusque là c’est logique je sais, mais regarde attentivement.

CHAQUE personne sur scène ajoute son groove à la chanson, la rendant plus intense, créant cet effet qui t’ambiance automatiquement, tu veux toi aussi kiffer avec eux.

 

He not only changed the way listeners thought about what dance music was but what funky music was

Greg Tate, écrivain et musicien en parlant de James Brown

 

Pour te faire comprendre plus simplement l’héritage qu’a laissé James Brown, voici une petite infographie.

 

 

 

histoire-locking-sly-family-stone

Sly and the Family Stone

 

Autre groupe très important dans le dévelopement du Funk, Sly and the family stone va être le groupe qui va créer le look funk.

Que ce soit les coupes afros, les chaussures hautes, les habits hyper colorés, c’est grâce à Sly Stone, chanteur du groupe que ce style va exister et devenir emblématique du Funk.

 

He didn’t like what I wore, when I came to his house one day. So he looked down on the ground, he had a cow skinned rug down there, he goes, ‘give me a razor’, he cuts a slit in the cow skin, I put it on as a poncho, that was my outfit, I didn’t choose it, it was hot a sweaty, but after that I paid attention.

Jerry Martini, saxophoniste du groupe Sly and the Family Stone à propos de Sly Stone et de l’importance du look

 

Larry Graham, bassiste du groupe, va lui aussi innover et va créer une technique pour jouer de la basse, le ‘slap bass’ et donner ce son que tu as forcément entendu.

 

Je ne suis pas musicien alors autant te laisser le plaisir d’apprendre directement de Larry Graham sensei pour comprendre ce qu’est le funk et le slap bass.

 

 

Le groupe va tellement développer la musique funk qu’ils iront jouer à Woodstock en 1969 devant plus de 500 000 personnes et faire de ce moment, quelque chose de clé dans le développement de la musique funk.

 

Grâce à ce moment décisif, le Funk était devenu, à partir des années 70′, la musique des jeunes.

 

Les artistes qui faisaient encore de la Soul ont dû réagir pour ne pas mourir face au phénomène Funk qui ne faisait en réalité que commencer.

 

Ce qui nous amène au dernier personnage funk dont je parlerais, et pas des moindre.

 

histoire-locking-george-clinton

George Clinton

 

Père de la P-Funk, un mix entre funk et rock psychedelic, George Clinton qui a débuté sa carrière de musicien avec un style très propre sur lui, est depuis devenu l’une des personnes les plus excentriques que tu puisses trouver sur scène.

 

Il avait l’habitude de ramener une soucoupe volante en plein concert, pour en sortir tel le messie, devant un public déjà prêt à assister à ce qui se rapproche plus d’une expérience spirituelle qu’à un concert.

 

Pour lui la Funk, c’était un mode de vie et ses premiers morceaux seront incompris par le public, tellement son style était en avance sur le funk de James Brown par exemple.

 

Tu t’imagines bien qu’avec un style vestimentaires pareil, c’était pas le genre de mec à te faire la même musique clean et propre sur elle que la plupart des gens, tout ça ne l’intéressait pas.

 

Pour créer son style si funky, il a pris les règles et codes du R’n’B qu’il connaissait par cœur, les a utilisés et transformés à sa sauce avec son groupe ‘The Parliement’ puis ‘Funkadelics’.

 

Malgré l’incompréhension du début pour un tel personnage, cela ne l’a pas empêché de continuer et de montrer que même en étant noir, tu peux être une star de la musique, tout en faisant absolument ce que tu as envie au niveau artistique et être aussi fou sur scène que tu as envie de l’être.

 

Ashamed of being black, shamed of being a negro, because it was built into you to be ashamed of yourself

George Clinton parlant de la société aux Etats Unis

 

George Clinton restera à jamais un exemple de créativité, regarde moi ça, une soucoupe volante, en plein concert ! “I see the mothership coming !”

 

 

Il y aurait encore tant à dire sur la musique Funk, mais c’est largement suffisant pour commencer à parler du Locking et comprendre d’où part la création des Funk Styles.

 

Le Locking

 

Le Locking, aussi appelé le Campbellocking va être créer par Don ‘Campbellock’ Campbell.

 

Au début des années 70, Don Campbell essayant de reproduire la danse du ‘funky chicken’ , va improviser et rajouter des pauses entre chaque mouvement, comme le ferait quelqu’un qui apprend une nouvelle danse.

 

Il va alors avoir l’idée de développer cette façon de danser en bloquant (to lock) ses mouvements et créer une pause entre les pas.

 

Le Locking originel était entièrement basé sur l’improvisation.

 

Son style va se développer dans les boîtes de nuit de Los Angeles.

 

Notamment ‘The Citadel’, boîte de nuit où Toni Basil (danseuse de renommée mondiale qui a grandement développé l’art de la danse) va rencontrer pour la première fois Don Campbell grâce à Lamont Peterson, danseur de Waacking qui a aussi dansé dans l’émission Soul Train et sur Broadway.

 

C’est à ce moment que le Locking va prendre forme grâce à la rencontre de plusieurs personnes qui donneront vie au plus grand (en terme d’héritage culturel) groupe de Locking ayant jamais existé.

 

PS : Pour éviter de te mettre un pavé énorme de noms qui n’en finit pas, tout les danseurs sont listés à la fin de l’article ne t’en fais pas.

 

The Lockers

 

 

Après que tous ces danseurs se soient rencontrés, tout va se mettre en place pour le Locking.

 

En 1972-73, Campbell Jr va co-créer le premier groupe de Locking, ‘Creative Generation‘ au côté de « Scooby Doo », les « Go-go Brothers », « Skeeter Rabbit » et des danseuses telles que Arnette JohnsonFredy Maxie et Shelly Cepeda.

 

Le groupe va partir en tournée avec des membres du Watts Writers Workshop (un atelier d’écriture qui a aidé les jeunes des quartiers de Los Angeles après les émeutes de 1965) et structurer le Locking pour pouvoir l’apprendre aux jeunes.

 

En 1973, Don Campbell avait déja créé son groupe, les ‘The Campbellock dancers’ qui deviendra ensuite ‘The Lockers‘.

 

Campbell Jr, fort de son expérience pour structurer le Locking, va introduire la chorégraphie au groupe de Don Campbell et le reste n’est qu’histoire.

 

Les Lockers vont devenir le groupe de Locking qui va détruire les barrières et faire connaître le Locking au monde entier grâce notamment aux apparitions à la télévision.

 

Locking is one the fundamentals bases of urban, cultural movement. Hip Hop wouldn’t have a groove without it.

Usher

 

A l’époque, d’autres groupe notables comme le ‘33rpm’,’The Alphabet Kids’, ‘Wild and Repectful’, ‘The Ghetto Dancers’ et ‘The Something Special’ vont eux aussi contribuer au succès du Locking.

 

Grâce aux apparitions à la télévision, le Locking va devenir populaire et à partir de 1973, comme à peu près dans tout nouveau mouvement qui marche bien, il y aura beaucoup d’usurpateurs.

 

A une époque où toute la transmission se faisait en personne, sans téléphone, ni internet, il était plus simple de faire croire des choses fausses.

 

Beaucoup se feront passer pour des danseurs du groupe originel ‘The Lockers’ et d’autres auront trouver une manière de faire de l’argent sans comprendre toute la philosophie derrière le Locking, l’héritage culturel de la Funk et les pas de danses.

 

En 1974, Jimmy “Scoobydoo Foster partira en tournée avec son groupe ‘The Something Special’ pour populariser le Locking en Asie et plus particulièrement au Japon.

 

C’est à partir de 1976 que les Lockers vont se disperser et recréer plusieurs fois le groupe jusqu’aux années 80.

 

Un membre du groupe, Tony ‘Go-go’ Lewis ira jusqu’à créer son école pour continuer d’introduire le Locking au Japon et créer son style, le ‘Fusion Lock’, au milieu des années 80′.

 

Quels sont les pas de danses en Locking

 

– Clique ici si tu veux apprendre le Locking avec 10 pas de danse faciles –

 

Mouvements de Base

Pacing or Timing

Arm Locks

Giving 5

Back to front claps Up Lock (muscle man)

Don ‘Campbellock’ Campbell

The Don Campbell Walk

Damita Jo Freeman

The Funky Guitar

Jimmy “Scooby doo “Foster

The Scooby Doo

The Sneek (devenu the Seek)

Quickies (devenu Stop n Go)

James “Skeeter Rabbit “Higgins

The Skeeter Rabbit

Hat Twirles

Greg “Campbellock Jr. “ Pope

The Pimp Walk

Charles “ROBOT” Washington

The Robot

Leo “ Flukey Luke “ Williamson

The Which Away

Leo Lock

Leo Walk

Killing Roaches

Mr. Penguin “ Berry

The slow motion

The helicopter

The volskwagon

The Go-Go- Brothers (Tony Lewis and Edwin “Buddy” Lombard)

Keepa Runnin, Sara Walk, the Super Fly

Alpha Omega Anderson

The Alpha

Sambo “Lock” McCloud

Butt Drops

Locking Hand Shakes

 

La danse va aussi se développer avec des pas spectaculaires comme des sauts en retombant sur les genoux, des grands écarts ou des flips, ce qui ajoute un côté aérien à la danse (si tu as les genoux fragiles fais gaffe quand même avant de tenter ce genre de choses).

Si tu lis l’anglais, va voir sur ce site : www.lockerlegends.net toutes les explications des pas et même leurs origines sont expliqués. Sans le travail de recherche incroyable, il m’aurait été impossible de savoir qui avait développé quel pas.

 

 

Comment le Locking s’est développé dans le Monde

 

En plus de développer leur style dans les boîtes de nuit de Los Angeles, les Lockers bénéficieront d’apparitions à la télévision et notamment dans l’émission The Soul Train, créée en 1971 par Don Cornelius.

 

The Soul Train a permis de mettre en avant la danse et les différents types de danse de l’époque, dont les Funk Styles tout juste naissant sur la côte ouest.

 

Pas mal de groupes ont participé à l’émission, donnant à la danse Hip Hop une exposition dans les grands médias et permettant au grand public de connaître ce mouvement.

 

Pour la culture afro-américaine, la musique et les danseurs, c’était une opportunité à ne pas rater car rien de ce genre n’existais à l’époque.

 

PS : Nous reparlerons en détails de Soul Train, dans l’article sur l’histoire du Popping.

 

 

Quand le Locking et le Popping ont commencé à se développer dans les années 70, ces styles ne faisaient pas du tout partie de la famille du Hip Hop.

 

Les danseurs de la côte ouest n’avaient aucune idée de ce qui se passait sur la côte est.

Ils ne savaient pas qu’un mouvement était en train de naître dans le Bronx, créant le Break dans sa foulée.

 

C’est seulement quand le Hip Hop va prendre de plus en plus d’ampleur que les médias auront clairement la flemme de faire des recherches et ne sauront plus comment catégoriser les différentes danses et les mettront sous le même toit en parlant de danses Hip Hop (je dis ça mais notre blog s’appelle aussi danse Hip Hop et on parle des funk styles, pardon pour l’hypocrisie).

 

Les médias des années 80 iront même jusqu’à parler de break-dancing en mettant dans le même bateau le b-boying et les funk styles, ce qui créa encore plus de confusion et un manque de reconnaissance pour les funk styles.

 

Certains mouvements de danse ne recevront eux non plus pas assez de crédit, comme le Moonwalk.

 

Ce pas qui s’est fait connaître par Jeffrey Daniels chanteur du groupe Shalamar, devenu par la suite chorégraphe de Michael Jackson va populariser ce pas durant une émission TV, le Top of the Pops.

 

Ce qui était un pas que James Brown commençait déjà à développer à l’époque de sa chanson ‘Good Foot’, ne sera jamais vraiment crédité comme l’héritage de la musique funk ni des danses funk.

 

Je ne critique pas Michael Jackson, c’est un danseur incroyable et il a permis à la danse en général d’être au devant de la scène et dans les clips musicaux, mais il y a clairement un manque de reconnaissance pour le Locking et le Popping surtout après ce qu’ils ont permis en terme de développement de la danse au niveau mondial.

 

Conclusion

 

Sans James Brown ou George Clinton, ni le rap de la côte ouest avec ses vibes funky, ni le début du Hip Hop dans le Bronx n’aurait vu le jour.

 

Le Hip Hop est né grâce à l’héritage du Funk et à James Brown.

 

Quand le Funk a commencé à être détrôné par le Disco, le Rap a permis aux nouvelles générations de se réapproprier les musiques funk et de remettre tous les artistes qui avaient inspiré les premier pionniers du Hip Hop au devant de la scène, notamment grâce aux samples.

 

James Brown restant à ce jour l’un des artistes les plus samplé de tous les temps, tant son héritage est immense pour le Hip Hop et la musique en général.

 

La création d’un nouveau mouvement après la perte en notoriété du Funk n’est pas une coincidence. Le Hip Hop, le Funk et avant eux, la Soul et le R’n’B ont toujours été des musiques qui ont représenté ceux qui ne l’étaient pas dans la société.

 

Car au cœur de ces différents styles réside une possibilité pour celui qui a été oppressé de différentes manières selon l’époque d’ouvrir sa bouche et mettre ses tripes sur la table.

 

Pour ce qui est de la danse, si Don Campbell, n’avait pas été inspiré par le funky chicken de Rufus Thomas, les danseurs qui ont permis de structurer le Locking ne se seraient pas rencontrer et la création du Popping par Boogaloo Sam n’aurait pas pu avoir lieu.

 

Le Locking et plus particulièrement les Lockers, resteront à jamais l’un des groupes ayant le plus développé la danse dans le monde.

 

Un art qui reste, à mon goût, souvent peu connu du grand public et éclipsé par le succès de la musique qu’elle accompagne.

 

Si tu veux aller plus loin

 

histoire-locking-emissions-tv

EMISSIONS TV & VIDEOS

Soul Train – USA

Chaîne youtube de Toni Basil

Don Campbell expliquant l’histoire du Locking

Interview de Penguin, Shabba Doo, Popin Pete (Boogaloo – Popping) & Spaz

Interview de Toni Basil – Funk Stylers Television

Reportage sur George Clinton

 

histoire-du-break-films

FILMS

The Story of Funk – One Nation under a Groove

Soul Train – The Hippest Trip in America

Parliement Funkadelic – One Nation under a Groove

Wattsax – Documentaire sur le Watt Stax, festival de musique à Los Angeles en 1965 juste après les émeutes

 

histoire-du-break-clips-musicaux

CLIPS MUSICAUX

The Lockers

James Brown – Say it loud, I’m black and I’m proud

Sly and the Family Stone – Live Woodstock

George Clinton – Atomic Dog

Snoop Dogg avec George Clinton & Bootsy Collins Live

Ice Cube – Bop Gun ft George Clinton

 

histoire-du-break-evenements

ÉVÉNEMENTS

Juste Debout – FR

Summer Dance Forever

World Hip Hop Dance Championship

 

LES PIONNIERS DU LOCKING

 

The Lockers

Don ‘Campbellock’ Campbell

Greg “Campbell Jr” Pope

Jimmy “Scooby doo” Foster

Fred “Mr. Penguin” Berry

Toni Basil

The Go-Go- Brothers (Tony Lewis and Edwin “Buddy” Lombard)

James “Skeeter Rabbit” Higgins

Leo “Fluky Luke” Williamson

Johnny “Sambo Lock” McCloud

Charles “Robot” Washington

Bill “Slim Robot” Williams

The Ghetto Dancers

Greg “Captain Crunch” Dandridge

Eugene “F&M” Henderson

Kenny “Flea Lock” Henderson

Morris “Cisco Kid” Bailey

Steve “Sinbad” Crane

The Alphabet Kids

Haywood “Tito” Collins

‘Tick’

‘Mr. X’

Autres groupes et danseurs

The Something Special

33rpm

Wild and Repectful

Guy “Shocklock” Evans

Jeffery “Cat Man” Macintire

Roy “Lie Lock”

“Sneaky T”

Enock “Elmer Fudd” Smith

John “Okiedoke” Wilson

Arnetta “Nettabug” Johnson

Fredi Maxie

Shelly Cepeda

 

 

Nous remercions tous les pionniers de la culture Hip Hop qui ont marqué l’histoire, et à tous ceux qui continuent de développer la danse Hip Hop dans le monde.

 

Dis nous en commentaires quels danseurs de Locking te font le plus kiffer !

 

 

Histoire du Break (ou Breakdance)

 

 

Met toi dans l’ambiance en écoutant une de nos playlists sur Spotify


 

 

C’est au début des années 70 que le Break va naître, dans les block parties du Bronx.

La naissance du b-boying, que les médias appelleront le breakdance, va marquer le début de la première danse Hip Hop en tant que tel.

 

“An important thing to clarify is that the term ‘Break dancing’ is wrong, I read that in many magazines but that is a media term. The correct term is ‘Breakin’, people who do it are B-Boys and B-Girls. The term ‘Break dancing’ has to be thrown out of the dance vocabulary.”

Timothy “Popin’ Pete” Solomon;
Electric Boogaloos

 

Au départ le break ne ressemblait pas du tout au style acrobatique que l’on a aujourd’hui.

 

La danse était surtout debout, s’inspirant d’un autre style, le Uprock ou Brooklyn Uprocking, une danse qui copie les gestes que pourrait faire deux personnes en train de s’affronter (coups, esquives, parades).

En partant du Uprock, les breakers vont inventer le Toprock.

 

“The name was based upon a dance called The Rock. Which was basically stylized Top Rocking. It was kind of like Top Rock/ Uprock.”

Crazy Legs

 

Les breakers vont également prendre leur inspiration dans les pas de danse de James Brown et les films de Kung Fu, une inspiration qui sera beaucoup reprise par le Wu-Tang Clan.

On peut même trouver un début de break dans des danses encore plus anciennes, comme les claquettes ou le lindie hoping.

 

Regarde-moi ce style au sol on dirait déjà des b-boys !

 

 

Petit à petit des disciplines plus acrobatiques vont accompagner le développement de la danse, notamment la gymnastique avec un mouvement comme le Flare.

La capoeïra a elle aussi influencé le break mais seulement à partir de la fin des années 80, quand elle sera vu la première fois dans le Bronx.

Cette danse a été introduite par Jelon Vieira et Lorel Machado dans les années 70 (après le début du break), donc au départ les breakers n’avaient aucune idée de ce qu’était la capoeïra.

 

“We didn’t know what the f-ck no capoeira was, man. We were in the ghetto! There were no dance schools, nothing. If there was a dance it was tap and jazz and ballet.”

Crazy Legs

 

Même si la capoeira n’est pas l’inspiration première, il y a clairement des ressemblances dans les deux danses.
Dans les deux styles, les danseurs ont des mouvements agressifs mais sans se toucher, en ayant une confrontation pacifique.

 

Bien sûr, avec du recul et internet il est facile d’attribuer tel ou tel danse comme inspiration.

 

Aujourd’hui les liens sont plus faciles à faire mais à l’époque la transmission se faisait en groupes et certains mouvements se créaient par accident, sans forcément s’inspirer de quelque chose.

 

“When I evolved the backspin, which lead to the continuous backspin, which everyone knows as the windmill it was by accident. The 1990 was by accident, I was trying to do something else.”

Crazy Legs

 

L’évolution du break va se faire sans code particulier à respecter, juste en dansant et en essayant de nouveaux pas.

 

Les premiers danseurs ont simplement innovés et se sont retrouvés avec un mouvement qui ressemble énormément à ce qui se trouve déjà dans un autre art ou sport.

Cette évolution va se baser sur la capacité d’ouverture et de changement qu’offre le break.

 

Pour la plupart des styles, la danse évolue très peu voire pas du tout et reste codée avec des noms et des pas à faire d’une certaine manière.

En break et dans chaque élément de la culture Hip Hop, le changement est encouragé pour faire évoluer le style et ne pas rester figer dans le temps.

 

La danse appartient absolument à tout le monde, et tu ne verras pas les mêmes mouvements en fonction de quel pays vient le danseur, voire de quel crew.

 

Les Premiers Mouvements

 

Il est dur d’attribuer un mouvement à un danseur en particulier car il n’y a jamais un seul créateur et aussi car les sources se contredisent sans arrêt mais voici une liste des crews et des mouvements qu’ils auraient chacun développés.

 

Rock Steady Crew :
1990
Back spin
Continuous Back Spin

Mr Freeze :
The Suicide (sauter et atterir sur le dos)

Frosty Freeze :
Russian Legs
Sissys

Spy des Crazy Commanders Crew :
Swipes

 

– Clique ici pour apprendre le Break avec 10 pas de danse faciles –

 

La Musique

 

Les rythmes sur lesquels les breakers dansent vont évoluer de la même manière qu’évoluera la musique Hip Hop.

 

La musique sera d’abord funk, soul en majorité et va se rapprocher d’un style rap, qui lui aussi est en train de naître.

C’est la combinaison du breakbeat, de la musique funk et des danseurs du Bronx qui vont créer le break.

 

 

Pourquoi ce nom ?

 

Le nom B-boying ou Break peut-être interprété de plusieurs façons.

Logiquement on parle de breakers car les danseurs dansaient pendant le breakbeat (break-boy) mais on peut aussi voir d’autres origines comme Bronx Boy qui seraient devenu B-Boy puis Break Boy et Breaker.

 

 

Qui sont les premiers b-boys et b-girls ?

 

Le Hip Hop est né dans la rue et pour apprendre à danser le seul moyen était de faire partie d’un crew, il n’y avait pas de studios de danse avec un programme structuré.

Le break permettait de s’éloigner du style de vie des gangs omniprésent dans le Bronx en passant le temps à s’entraîner en break et en faire un vrai style de vie.

 

Les premiers breakers se sont organisés en ‘dance crew’, des groupes de danseurs se réunissant pour apprendre la danse, et s’affronter en battle contre d’autres crews.

Dans les crews il n’y avait pas que des danseurs, tous les aspects de la culture hip hop étaient présents. Il y avait des membres qui faisaient du graff, du b-boying, du emceeing, du djing, etc…

 

“So what you had was just a crew. Within a crew you had brothers who liked to just rock the mike, while other b-boyed or deejayed.”

Crazy Legs

 

Au départ le mot crew était simplement un dérivé du mot gang.

Les tout premiers breakers étaient souvent d’anciens membres de gangs et c’est de cette manière que s’est organisé la danse : en groupes.

 

Agression was break, was b-boying, towards an other crew. You know, because before that came, there was gangs.

Jojo, fondateur du Rock Steady Crew

 

– Clique ici pour comprendre comment le Hip Hop est né –

 

 

Le développement du Break

 

A New York, pendant les années 70, les ghettos n’étaient pas séparés, toutes les cultures se côtoyaient, tout le monde vivait la même chose.

Il n’y a pas de séparation comme dans les ghettos de L.A avec d’un côté les blacks et de l’autres les latinos.

 

C’est le mélange d’origines différentes qui va permettre au break de se développer de plusieurs manières.

Pendant que les afro-américains étaient plutôt dans un style de danse debout, les portos ricains vont, à partir des années 74-75, danser de manière acrobatique et se mettre au sol.

 

“That didn’t come into play until more Puerto Ricans got involved in the mid 70s.”

Crazy Legs

 

Pour les premiers danseurs, l’une des seules manières de se faire connaître et vivre de leur passion, était de faire des représentations dans les boîtes de nuit et assurer le show.

Cela ne durera que quelques années.

 

Les DJs ne passeront plus de breakbeat mais essentiellement d’autres styles de musique avec une danse moins agressive.

Le Disco qui est vraiment LA musique de l’époque, va prendre le relais et faire revenir les breakers dans la rue.

 

Selon Davey D, historien de la culture Hip Hop et journaliste, tous les styles qui vont naître au même moment, la House Music à Chicago, la Gogomusic à Washington et le Funk sur la côte ouest sont une réponse à la musique dominante de l’époque, le disco.

 

Pour ne pas que la danse ne meurt, l’un des crew les plus emblématique va naître en 1977, le Rock Steady Crew.

 

 

A l’époque la plupart des membres n’avaient que 16-17 ans, l’âge moyen des b-boys dans le Bronx.

Cela n’a pas empêché la danse de devenir moins importante mais les passionnés ont continué à danser en se regroupant.

 

Pour garder la motivation, le peu de danseurs encore actifs organisaient des battles et allaient de quartier en quartier pour voir qui avait le meilleur style, un peu comme un film de Kung Fu.

C’est avec les battles que les danseurs vont se rencontrer et faire que la danse reste vivante malgré le peu de crews.

 

 

Les Années 80 : de la gloire à la rue

 

Les années 80 marquent le moment où le Break va vivre ses premières heures de gloire.

En 1981, Henry Chalfant, d’abord sculpteur puis devenu photographe, va mettre en avant la culture Hip Hop naissante dans le Bronx.

 

Il commencera par faire des photos des graffitis et au fil du temps fera la rencontre du Rock Steady Crew.

Le crew, Henri Chalfant et Fab 5 Freddy (qui plus tard va aider à l’écriture du film Wild Style) auront l’idée de faire un spectacle pour montrer ce qu’est le break.

 

Un article sera publié dans le Village Voice, un journal hebdomadaire de New York et ce sera le début du décollage pour le break.

D’autres évènements seront organisés grâce à l’aide de Henry Chalfant, notamment le battle entre le Rock Steady Crew et les Dynamic Rockers au Lincoln Center en plein Manhattan.

 

L’événement sera couvert par le NY Times, National Geographic et à la TV, sur Abc News.

 

Juste après, le Rock Steady Crew et Michael Holman vont collaborer pour mettre le break au centre de la vie de New York.

Michael Holman va permettre au Hip Hop de grandir grâce à son émission Graffiti Rock (qui a mis en avant la culture Hip Hop) et avec l’ouverture de la première discothèque Hip Hop à New York, le Negril.

 

Chaque vendredi le Rock Steady Crew fera une représentation au Negril et pour amener plus de show, ils auront l’idée de faire un battle.

Ils choisiront les Floormasters, plus tard renommé NY City Breakers, en pensant qu’ils étaient moins bon.

 

 

A partir de là tout s’enchaîne, Wild Style, le premier film qui va montrer la culture Hip Hop dans son ensemble sort et le Rock Steady Crew va avoir une scène dans le film Flashdance.

Le Hip Hop explose et tout le monde entend parler des breakers.

 

Les danseurs de l’ouest habitués aux styles funk comme le Locking ou le Popping s’y mettent eux aussi.

Au départ sans l’expérience au sol qu’ont les danseurs de l’est mais ils compenseront avec le style funk.

 

Les premiers crew se créent, en essayant de ressembler à ce qui se fait déjà à New York.

Des endroits pour s’entraîner et se retrouver entre breakers comme le Radio Tron à Los Angeles voient le jour.

 

En 1984, le break est absolument partout. Aux USA, en Europe, il n’y a pas une seule grande ville où tu ne trouves pas de breakers.

 

Pendant les jeux olympiques de 1984, la danse sera même montrée au président Ronald Reagan.

Les NY City Breakers auront plusieurs représentations dans des grands stades, devant des présidents (Ronald Reagan et George H.W. Bush) et autres princes et princesses en Europe.

 

Certains crew feront des spots de publicité politique comme les NY City Breakers avec une pub qui incite à voter.

Le Rock Steady Crew ira même faire de la musique et vendre 1 million d’exemplaires de leur single.

 

 

Retour à la réalité

 

Avec les médias qui parlent sans arrêt du break, certains problèmes apparaissent.

Les danseurs n’arrivent plus à contrôler ce qu’ils ont créé. Les grands médias ont pris le relais et contrôle l’ampleur de cette culture underground devenu trop grosse pour ses créateurs.

 

Plusieurs articles de médecins parlent des dangers que peut avoir le break sur le corps.

D’autres articles feront référence à tel ou tel danseurs qui se seraient brisé le cou, les bras, etc.

 

En gros le break va être dénigré de partout et renvoyé là où il est né, dans le ghetto.

Avec autant de négativité et une célébrité qui n’aura pas durée, certains danseurs seront en pleine crise existentielle.

 

“How do you nurture someone for this industry, and prepare them for what can happen, especially someone from the ghetto. All you see is money, from that, to having loot in your pocket, rented ogs out, getting all your boys high, having honeys, and to the next thing having the rug pulled off you. Yea I went through an identity crisis.”

Crazy Legs

 

Certaines personnes qui font vivre la culture Hip Hop vont eux aussi dénigrer les personnes qui ont permis le break d’évoluer et regretter l’époque où ça n’était qu’un simple ‘truc’ de quartier pour s’amuser et faire autre chose que de dealer.

 

Le retour à l’anonymat va forcer les danseurs à revenir à une vie normale, métro boulot dodo.

 

A tel point que beaucoup de breakers se remettront à vivre un style de vie dangereux, ce qui entraînera la mort de pas mal de danseurs.

En 1986 le Break commence donc à mourir aux yeux du grand public mais reste très actif pour les danseurs.

 

C’est au même moment que le Rap va grandir et dépassé le Break en terme de popularité.

Le changement que le Rap va effectuer pour passer d’un rap pour faire la fête, au Gangsta Rap va avoir des répercussions dans les quartiers et le mode de vie ‘gangsta ‘ va se normaliser et enterrer un peu plus le Break.

 

 

De 90′ à nos jours

 

Le Rap à la rescousse du Break

 

Après les problèmes de la fin des années 80, le break va rester underground mais toujours être aussi important en termes d’influence dans les quartiers.

 

Plusieurs Rappeurs dont KRS-One vont redonner vie au Break en permettant aux danseurs d’être dans les clips et sur scène pendant des cérémonies pour récompenser le Hip Hop.

Pendant le Source Awards de 1991, une cérémonie organisée par un magazine qui récompensait les artistes de la culture hip hop, le Rock Steady Crew sera sur scène pour assurer le show auprès de Xzibit et KRS-One.

 

L’explosion des battles et des compétitions

 

En plus du rap, l’esprit de compétition et l’arrivé d’une génération plus jeune va permettre au break de revenir au meilleur de sa forme.

Grâce aux battles, le break, va se développer d’une manière encore jamais vue.

 

Des événements vont voir le jour dans le monde entier.

 

La première compétition internationale de break va voir le jour en Allemagne avec le Battle of the Year, qui accueillera environ 800 personnes pour sa première édition en 1990.

En 1999, le B-Boy Summit, une organisation créée par Asia One qui a pour but « d’aider le monde à guérir grâce au Hip Hop », va organiser une rencontre à Venice Beach.

 

L’évènement va vite se transformer à partir du troisième jour, quand la police va essayer de contrôler ce qu’il se passe en arrêtant à peu près n’importe qui pour incitation à l’émeute.

Comme quoi, quand le Hip Hop est trop présent, on essaye toujours de le diminuer.

 

Les Battles internationaux

 

Aujourd’hui, le break s’est professionnalisé, tu trouves des compétitions à peu près partout.

Les meilleurs danseurs sont sponsorisés par des entreprises comme Red Bull, qui organise ses propres compétitions, le Red Bull BC One.

 

L’explosion des réseaux sociaux permet aussi à chaque danseur de montrer ce qu’il est capable de faire.

Tous les danseurs peuvent créer une communauté autour du break et de leur actualité sans avoir besoin de gagner de grosses compétitions comme à l’époque (même si cela aide énormément).

 

Les premiers b-boys reste dans le break et deviennent des juges comme Crazy Legs au Battle of the Year en 2017 ou Ken Swift pendant le Outbreak Europe en 2012.

 

La plupart des studios de danse proposent des cours de ‘street dance’, ‘breakdance’ ou ‘danse Hip Hop’ et si ce n’est pas le cas, ils sont fortement sollicités pour le faire.

 

Le break sera même présent en tant que discipline olympique aux jeux olympiques de la jeunesse à Rio en 2018.

 

 

Conclusion

 

Le break a réussi à faire ses premiers pas avec Kool Herc pendant les block parties et maintenant il fait la coupole partout dans le monde.

La culture Hip Hop a su reprendre un minimum le contrôle et revenir au-devant de la scène, pour être omniprésente.

 

 

Si tu veux aller plus loin

 

EMISSIONS TV

histoire-du-break-emissions-tv

Soul Train – USA
Top of the Pops – UK
Sidney : H.I.P H.O.P 1984 – TF1
Graffiti Rock – USA 1984
Hip Hop Français – Reportage sur le début du Hip Hop en France

 

FILMS

histoire-du-break-films

Flashdance – ça te donnera une bonne raison pour le voir et que ta copine arrête de te saoûler pour voir ce film
Beat Street – fiction qui parle du Break
Wild Style – pour tout voir de la culture Hip Hop
Style Wars – plutôt basé sur le Graffiti et les débuts du Hip Hop
Planet B-boy – documentaire sur le Battle of the Year
The Freshest Kids : The History of the B-boy – à voir absolument si tu veux comprendre l’histoire du Break

 

CLIPS MUSICAUX

histoire-du-break-clips-musicaux

Crookyln Dodgers – Crooklyn (ce clip contient des extraits de l’émission Soul Train)
S.W.A.T – I’m Sayin Though
KRS One – South Bronx
The Greateast – Tony Touch
Wyclef Jean – We Trying To Stay Alive ft. John Forté, Pras
Redman feat Erick Sermon Keith Murray – Rappers Delight
Zeb Roc Ski & Stieber Twins – B-Boys Revenge
Malcolm McLaren – Buffalo Gals (clip tourné là où le Rock Steady Crew s’entraînait)

 

ÉVÉNEMENTS

histoire-du-break-evenements

Red Bull BC One – International
UK Bboy World Championship – Angleterre
Battle of the Year – Allemagne
The Notorious IBE – Pays-Bas
Lille Battle Pro – France (anciennement Chelles Battle Pro)

 

LES PREMIERS CREWS

histoire-du-break-crew

Rock Steady Crew
Jojo (fondateur du crew)
Jimmy Dee
Crazy Legs
Frosty Freeze
Mr Freeze
Ken Swift
Kuriaki
Buck 4

Floormasters / NY City Breakers
Action
Kid Nice
Glidemaster
London

Crazy Commanders Crew
Spy

Rock Steady Rockers
Lil’ Crazy Legs

The Bronx Boys
The Salsoul Crew
The Disco King
Dynamic Rockers
LA Breakers
The Unique Dominoes
Tokyo Breakers
Mighty Zulu Kings
Young City Crew

 

Et encore tant d’autres sans qui le Break ne serait pas arrivé au niveau qu’il a aujourd’hui.

 

 

Nous remercions tous les pionniers de la culture Hip Hop qui ont marqué l’histoire,
et à tous ceux qui continuent de développer la danse Hip Hop dans le monde.

 

 

Dis nous en commentaire qui est ton bboy préféré !

 

Parmi les médias que je regardais quand j’étais encore un jeune babtou fragile, la télévision était vraiment ce que je préférais, rien d’étonnant tu me diras.

 

Elle me faisait kiffer, mais surement parce que j’étais trop jeune pour m’intéresser à autre chose qu’à Ça Cartoon le dimanche soir et au film de 20h50 que j’avais le droit de regarder jusqu’à 22h (du coup ma culture cinématographique n’est faite qu’à 50%).

 

Et pendant que j’étais en maternelle, la télévision avait déjà livré ses meilleures heures en ce qui concerne le Hip Hop et la danse Hip Hop.

Dommage pour moi, mais heureusement YouTube existe !

 

On va donc commencer par voir tout ce que toi et moi avons loupé comme émissions autour de la culture Hip Hop puis on parlera des médias en général par rapport au Hip Hop et en quoi les nouveaux médias peuvent t’aider.

 

La Télévision et le Hip Hop

Tu t’en doutes, le média principal qui a fait connaître la culture Hip Hop dans ces débuts est la télé, aujourd’hui cela change avec internet mais pour les premiers crew de danseurs, les rappeurs, djs et autre créateurs, les débuts ce sont fait sur le petit écran.

 

Les Emissions de danse Hip Hop

 

The Soul Train (USA)

 

 

Quand je pense aux émissions de danse, la première qui me vient c’est ‘The Soul Train’, crée en 1971 par Don Cornelius un ancien emcee.

C’est vraiment L’ÉMISSION qui a fait connaître les funk styles comme le locking et le popping au grand public.

 

Si tu as le temps regardé une compilation,  fais toi plaisir, tout était génial, que ce soit l’ambiance du plateau ou les habits des danseurs, l’émission était entièrement faite pour faire connaître la danse à un public plus large.

 

C’est avec The Soul Train que des groupes comme les Lockers et les Electric Boogaloo ont fait leurs débuts à la télé en locking et popping respectivement.

Deux styles qui venaient seulement de faire leur premiers pas sur la côte ouest des Etats-Unis.

 

Top of the pops (UK)

 

 

En 1964, Top of the Pops, une émission qui présente les musiques qui sont au top des classements est née au Royaume Uni.

Ce qui est intéressant avec cette émission ça n’est pas tellement ce qu’elle avait de particulier, mais certains moments de l’émission montre clairement les funk styles avec des pas comme le moonwalk, executé par Jeffrey Daniels, membre du groupe Shalamar, qui deviendra plus tard chorégraphe de Michael Jackson.

 

Graffiti Rock (USA)

 

 

Graffiti Rock, crée en 1984 par Michael Holman un réalisateur qui a aussi créé la première discothèque Hip Hop de New York (le Negril)  marque le début de LA première émission qui parle du Hip Hop.

 

Il n’y aura qu’un seul épisode pilote, mais à la base l’émission était censée être sur plusieurs épisodes.

L’émission à permis aux breakers de se faire connaître, notamment les NY City Breakers, précurseurs du break.

 

H.I.P H.O.P avec Sidney (FR)

 

 

La première émission Française consacré au Hip Hop ET première émission au niveau mondial à montrer le Hip Hop chaque semaine va voir le jour en 1984 grâce à Sidney (Patrick Duteil), aussi premier animateur noir à la télé française.

 

Aujourd’hui ça ne parait pas grand-chose, mais déjà d’avoir une émission consacré au Hip Hop, qui montre une culture underground, avec des personnes sous représenté à la télé, ça n’était pas rien.

 

Peu importe l’émission, tu sens clairement la passion qu’avait Sidney pour le Hip Hop, et ça c’est beau !

 

Tout était montré dans l’émission.

Les pionniers du hip hop comme Afrika Bambaataa, les breakers, les danseurs de locking ou popping, du DJing, du Graf, en bref toute la culture hip hop.

Tu pouvais même apprendre les pas de danse qui étaient expliqués par Sidney et les danseurs.

 

L’émission à reçu des artistes comme le Sugar Hill Gang, Kurtis Blow, Madonna ou encore Joey Star en b-boy.

 

Malheureusement celà ne durera que pendant un an.

L’émission passait sur TF1, d’abord le dimanche puis reprogrammé en milieu de semaine,  elle va perdre beaucoup d’audience et mourra en 1985.

A noté aussi un single avec Sidney et David Guetta en 1991, regarde-moi cette petite danse de Sidney et David, du grand art.

 

Les émissions Hip Hop en général

 

Rap Line avec Olivier Cachin (FR)

 

Entre 1990 et 1993, Rap Line, la première et seule émission dédié totalement au Rap va passer sur M6.

Animé par Olivier Cachin, journaliste et amoureux du hip hop, l’émission a été parmi les premières à montrer ce qu’était le rap à travers des portraits de rappeurs Français et Américain  comme IAM, Suprême NTM, MC Solaar, Assassin, Ideal J( Kery James, 13 ans, et déjà bien déterminé), Ministère A.M.E.RNaugthy by Nature etc.

 

Aux débuts des années 90′ il y avait peu de clips pour le rap français et l’émission va aussi permettre de créer une cinquantaine de clips et de faire la promotion du Hip Hop, à un moment où il ne fait que ses débuts en France.

 

Tu retrouves des références à l’émission dans plusieurs clip plus récent : Orealsan – 1990 ou Rohff – Rap Game, preuve que cette émission à vraiment marqué les esprits.

 


Toute ces émissions montre une chose importante, la France à vraiment été l’un des premiers pays qui à le plus porté le Hip Hop au grand public avec des projets ambitieux à une époque où celà n’existait que dans les quartiers.


 

Etant donné que tout ce que je t’ai présenté c’est ce que tu as loupé si comme moi tu est né dans les années 90.

Tu as donc une chose à faire pour changer celà, laisser Netflix de cotè et aller sur youtube voir les vidéos d’archives et te faire une culture pour faire genre en soirée.

 

Disparition des émissions spécialisés

A part le peu d’émissions que je t’ai présentée, aujourd’hui, les émissions de télé qui ont permis à la danse ou la culture Hip Hop de se développer n’existent plus.

Tout se fait sur internet et ça n’est pas plus mal, vu le traitement des artistes Hip Hop quand ils passent à la TV, ce qui nous emmène au point IMPORTANT du sujet.

 

 

La relation entre les médias et le Hip Hop

relation-medias-hip-hop2

 

Les journaux

Au début du Hip Hop dans les années 70’, la relation était quasiment inexistante avec les journaux. Le phénomène était trop petit et encore à ses premiers pas.

 

L’un des premiers articles important sera publié pour mettre en avant le break.

L’article parlera d’un show organisé par Henry Chalfant, photographe des graffitis du Bronx, Fab 5 Freddy, emcee qui va contribuer au film Wild Style et le Rock Steady Crew, surement l’un des crews les plus emblématiques de b-boys.

 

La relation journaux / Hip Hop restera stable jusqu’aux milieux des années 80’, les articles étant majoritairement pour mettre en avant ce qu’il se passe dans le Bronx et montrer cet nouveauté qu’est le Hip Hop.

 

C’est au moment où le break va exploser en popularité que cela va se dégrader.

Grâce à une scène qu’auront les breakers du Rock Steady Crew dans le film Flashdance tout va s’accélérer.

 

A partir de ce moment, une pub plus négative va s’organiser autour du break.

Pleins d’articles sortiront pour dénigrer le break et les dangers qu’il peut avoir sur la santé et le corps.

Le break va chuter en popularité et faire mourir la danse aux yeux du grand public jusqu’au début des années 90’ où la danse va renaître de ses cendres avec une nouvelle génération et l’arrivée en force du Rap partout dans le monde.

Un bon début avec les médias donc.

 

 

La Télévision

 

Place au grand frère d’internet, cette entité toute puissante qui décide qui est invité, qui ne l’est pas et qui décide de quoi il faut parler sans que tu es vraiment le choix que de manger ce que l’on te raconte.

Une description élogieuse, je sais, mais ce n’est pas moins que mon avis sur la télé d’aujourd’hui.

 

PS : Nous n’avons pas de télé depuis plus de 7 ans et nous nous en portons très bien, preuve que tu peux trouver toutes les informations dans les livres et internet, cela suffit largement.

 

Avant même de parler en long et en large de la télé, il faut déjà que l’on développe des points clés.

 

 

Quelle est l’utilité des médias pour un artiste ?

 

L’un des but principal d’un média pour un artiste est la promotion de son œuvre.

La promotion de son art en général.

Il pourra se présenter à toi pour que tu apprennes à le connaître, te comparer à lui, savoir ce qu’il a vécu, en quoi cela affecte son art et de quel manière il voit le monde.

 

Toute cette beauté n’existe que dans mes rêves, dans la réalité, il y a souvent beaucoup de bla bla et peu de questions assez pertinentes pour que l’artiste prenne la peine d’expliquer quoi que ce soit.

 

La promotion se joue beaucoup dans l’accueil que reçoit l’artiste, dans les questions qu’on lui posent et dans le respect et l’ouverture d’esprit qu’ont les journalistes pour l’œuvre que l’artiste vient présenter.

 

 

Le respect de la culture Hip Hop

 

Je parlerais essentiellement de la télévision et d’internet dans toute cette partie.

 

La télévision est désormais un outil du passé. 

Je vais être direct, la télé ne permet pas aux artistes Hip Hop de faire honneur à leur travail.

Je comprends très bien pourquoi il y a encore des rappeurs qui se présentent sur les plateaux.

La raison principale étant d’augmenter le nombre de personnes potentiels d’écouter ce qu’ils font.

Si je faisais de la musique j’aimerais moi aussi toucher le plus de personnes (attention pas de jeu de mot).

 

Mais honnêtement, à quel point doit-on donner son cul à un système qui ne te respecte pas ?

Il y a rarement des présentateurs ou journalistes qui connaissent quoi que ce soit au Hip Hop, le niveau de compréhension de la culture par la télé est tellement au niveau 0 que je ne sais pas par où commencer.

 

J’exagère à peine en te faisant une liste des phrases que tu risques d’entendre encore et encore à la télé quand un artiste, surtout Rap, passe pour faire sa promo :

 

« Ah mais vous êtes blanc, comment cela se fait que vous soyez rappeur ? »

« Je pensais que le rap c’était un truc de bonhomme, pour les mecs musclés »

« Le rap, cette sous-culture sans beauté ni recherche »

 

J’en passe et des meilleurs (je parle comme un papy, ça m’arrive).

 

Environ 90% du temps quand je regarde une interview d’un rappeur à la télé (voir même d’un artiste un peu différent), j’ai l’impression que mon cerveau s’atrophie petit à petit, tant les questions sont inintéressantes.

 

Malgré tout, je donnerais quand même un peu d’amour pour les journalistes dans cet article.

Je comprends que la quantité de travail, surtout pour les chroniqueurs qui doivent parler de pleins d’œuvres dans la même semaine est trop importante pour faire vraiment un travail de fond.

Surtout quand les œuvres ne se ressemblent absolument pas, avec des styles aux opposés.

 

Il y a donc deux problèmes à la promo pour un artiste Hip Hop qui vient sur un plateau télé.

D’un côté les journalistes ont trop de chroniques à faire et ne connaissent rien au Hip Hop et de l’autre les formats d’émission ne sont pas propices à quoi que ce soit pour que l’artiste ai le temps de te parler.

 

Si tu ne les à toujours pas vu voici les deux interviews qui sont, selon moi, la représentation de l’incompréhension de la télé par rapport au Hip Hop.

PS : Ne jette pas ton écran par la fenêtre si tu sens la haine monter en toi

 

 

Maintenant passons à un autre sujet, qui à lieu après que l’artiste est fait sa promotion, si même il a eu l’occasion de la faire dans les médias traditionnels.

 

La reconnaissance du milieu artistique

relation-medias-hip-hop-reconaissance-milieu-artistique

 

 

Hip Hop sous-représenté

 

Dans chaque art, il existe des cérémonies pour récompensés les meilleurs, ce qui est très bien et qui valorise encore plus le travail accompli.

Le problème ne vient pas de là, mais plutôt dans la manière de catégoriser le Hip Hop.

 

 

Les awards en France

Mon exemple sera unique, je vais te parler des victoires de la musique.

Les victoires de la musique est une des cérémonies ‘importantes ‘ pour l’industrie de la musique.

Beaucoup de styles y sont représentés mais ici on s’intéresse à une catégorie bien particulière, les ‘Musiques Urbaines’ (aucune idée de ce que cela veut dire).

En gros, c’est une catégorie qui sert de fourretout pour le hip hop  et autres musiques dont on s’en fout un peu qu’elles existent (seulement dans les médias traditionnels) même si aujourd’hui cela représente la culture dominante et ce que tu entends le plus en radio ou sur internet.

 

Je remets en cause ce genre de cérémonies car elles ne représentent en rien ce qu’est le Hip Hop.

Trop peu d’artistes sont nommés et tu as souvent le choix entre des artistes qui n’ont absolument rien à voir.

Rien que le titre de la catégorie est incompréhensible, pourquoi ne pas créer une catégorie ‘Musiques Rurales’ pendant qu’on est là, quitte à vraiment prendre le public pour des cons.

 

Je ne prétends en rien être omniscient, je te montre juste les problèmes autour du Hip Hop et de la promotion faite à la télé.

Evidemment qu’il y a aussi beaucoup de promotion faite correctement.

Il manque simplement une compréhension plus large de la culture Hip Hop, pour que les journalistes puissent enfin poser de vraies questions.

Cela n’empêche que tu es en droit de te demander deux choses.

Est-ce que les artistes sont vraiment capables d’expliquer quoi que ce soit dans les médias traditionnels et est-ce que la promotion faite à la télé est vraiment utile pour l’artiste Hip Hop.

 

 

Les artistes, maîtres de leur promotion

relation-medias-hip-hop-artistes-maitre-promotion

 

Assez parler de choses négatives.

On va laisser la télévision, cet entité du passé et allez dans le turfu pour comprendre en quoi internet permet vraiment de faire tout ce que tu veux en tant qu’artiste.

 

Internet et les réseaux sociaux, sauveurs de la veuve et de l’orphelin

 

L’explosion d’internet et des réseaux sociaux permet à n’importe quel individu de montrer son travail et de montrer sa personnalité donc de faire sa promotion totalement en indépendance.

Je ne suis pas en train de dire qu’il faille boycotter à 100% les médias traditionnels, mais que si tu le souhaites, tu peux limiter au maximum ta relation avec eux.

 

Tu as toutes les clés en main.

 

Il suffit d’utiliser ce que tu as à ta disposition et d’en faire bon usage, comprendre comment cela fonctionne et avoir une stratégie claire de ce que tu souhaites montrer et de quelle manière pour que cela reflète ta personnalité au mieux.

Si tu souhaites faire sans télé ni radio alors regarde ce qu’on fait PNL pour leurs albums.

Absolument aucune interview, pour les émissions radio les deux rappeurs ne sont pas venus et ont préféré amener leurs amis et un petit singe du nom de mowgli j’imagine.

Ils ont tellement réussi le coup, que le fait de peu se montrer à rajouter de la valeur à ce qu’ils faisaient en privilégiant la qualité à la quantité.

 

Les médias avaient besoin d’eux, pas l’inverse.

 

Ce n’est pas parce que tu te montres partout que ce que tu fais est bien, j’ai même tendance à penser que c’est l’inverse.

Réfléchis au nombre de campagnes de pub pour un produit tous pourris mais avec beaucoup de budget marketing, est-ce que cela à rajouter de la qualité à ce qu’il vendait ? NON, par contre ils ont vendus, ça c’est clair.

 

A toi de trouver la limite entre vendre en respectant ton public et vendre simplement parce que le but est de faire du profit à n’importe quel prix.

Je pense qu’avec internet la première solution est beaucoup plus simple et te rendra plus heureux que la seconde.

 

 

Les émissions qui respectent le Hip Hop

Maintenant  je fais place à tous les Francophones qui respectent le Hip Hop à sa juste valeur et qui permettent aux créateurs de s’exprimer sur leur art en faisant avancer le mouvement.

PS: j’ai trouvé trop peu de chaînes de danse Hip Hop, il y a un énorme boulevard si tu souhaites te lancer

 

Clique.tv – Les très bonnes interviews de Mouloud Achour

Rentre dans le cercle – Pour tous les amoureux du rap freestyle

La Sauce  – Culture Hip Hop

Le Grand Pari – Culture Hip Hop

Abcdr du son – Rap

Booska-P – Hip Hop

Hip Hop Infos France – Interview Rap

KUSTOM  – Rap

Le règlement  – Rap

Armael –  Analyse des compositions des sons Hip Hop & généraliste

Le Rapporteur – Analyse du Rap

Hip Hop Corner – Toute la culture Hip Hop

BBoy Arthur – Break / B-boying

 

 

Conclusion

Aujourd’hui, tu as tout ce qu’il faut entre tes mains pour faire ce qu’un artiste ne pouvais pas faire il n’y a ne serait-ce que 10 ans.

Le monde change à toute vitesse.

 

Tu peux en profiter pour  être la personne que tu souhaites être, créer une entreprise qui te ressemble, créer une communauté autour de ce que tu aimes, bref, à peu près tout ce que tu souhaites.

Si tu es organisé, motivé et que tu donnes de l’amour aux personnes qui s’intéressent à toi, ça sera déjà une très bonne base.

 

 

Ça nous intéresse de savoir ce que tu aimes dans le Hip Hop, et ce que cette culture t’apporte, dis-nous tout ça en commentaire !

 

Avant de parler de danse Hip Hop, il faut que le Hip Hop existe.

Il n’y a pas de date exacte, mais c’est dans les années 70’, dans le Bronx à New York que l’histoire va commencer.

On va voir comment le Hip Hop va naître et se développer.

 

Lis cet article en écoutant notre playlist spécial East-Coast sur Spotify


 

Naissance du Hip Hop

 

En général quand le mot Hip Hop est utilisé, la première chose que les gens ont en tête est la musique, le Rap.

Pourtant le Rap n’est qu’un seul des 5, voire 6 éléments qui forment la culture Hip Hop.

 

Le DeeJaying / DJing (la manière de mixer le son, avec des techniques comme le scratch).

Le Emceeing (MC-Ing, Toasting, Raping) que l’on appelle maintenant le Rap (l’art de rajouter des rimes au-dessus de la musique).

Le Graffiti qui consiste à utiliser l’architecture urbaine pour y mettre son empreinte graphique en dessinant.

Le Break (b-boying, b-girling) qui est la première danse Hip Hop.

– Clique ici pour comprendre l’histoire du Break –

Le Beatboxing qui consiste à créer des sons avec la bouche pour imiter les percussions et créer un beat sur lequel tu peux aussi Raper.

 

Quelques fois tu peux entendre parler d’autres éléments comme la manière de s’habiller, la manière de parler (argot), voire même le savoir (knowledge).

 

Tous ces éléments sont nés en même temps, dans le Bronx à New York .

 

Le Bronx des 70’ ce n’est pas l’endroit que tu vois sur les cartes postales.

Un taux de criminalité élevé, la misère et peu d’espoir d’avenir, le Bronx est aussi un grand melting pot de cultures et d’influences musicales riches et diverses.

A l’époque les musiques et les danses étaient surtout funk, disco, salsa, jazz et les communautés essentiellement afro-américaine, portoricaine, des caraïbes et d’autres pays latinos.

 

Au départ, le Hip Hop se fait dans les Block parties (littéralement les fêtes du quartier).

 

Des fêtes en plein milieu de la rue avec les musiques de l’époque pour rassembler tout le monde et s’amuser.

Ils mettaient des grosses enceintes à l’arrière de leurs voitures et se posaient à un endroit du quartier pour s’ambiancer.

 

Le début des Block Parties va faire naître les premiers Emcee / Mc (maîtres de cérémonies), ceux qui vont mettre l’ambiance à la fête accompagnés du DJ qui mixe les sons, en général Funk.

 

Les Pionniers du Hip Hop

 

DJ KOOL HERC

 

L’un des premiers emcee, et l’un des pères fondateurs du Hip Hop, va être Dj Clive ‘Kool Herc’ Campbell.

Kool Herc, Jamaïcain d’origine va apporter aux Etats Unis une manière de chanter par-dessus la musique pour gérer l’ambiance de la fête.

En Jamaïque, les DeeJay (et non pas les DJ) ont l’habitude de mixer et de chanter en même temps. Ce chant que l’on appelle Toasting est l’ancêtre du Rap.

 

“Rapping as we know it today, saying rhymes to the beat of music was originally called emceeing. It draws its roots from the Jamaican art form known as toasting.”

Grand Master Flash

 

Comme cela ne suffisait pas d’apporter sa touche jamaïcaine, Kool Herc va révolutionner la manière dont la musique s’écoute en mixant le son avec deux platines.

 

La légende raconte que durant une fête que sa sœur lui aurait demandé d’organiser, il se serait rendu compte qu’au moment du breakbeat (solo de percussions), les danseurs en profitaient pour montrer ce qu’ils savaient faire.

Le problème c’est qu’un breakbeat ne dure pas longtemps.

Kool Herc a donc eu l’idée d’allonger ce moment trop court (en mixant avec deux platines) et de faire du breakbeat, quelque chose de privilégié pour les danseurs.

 

I was sittin’ back, observin’, watching the crowd who were all waiting for this particular part of the record. And after I did it for the first time, there was no turnin’ back – everybody was comin’ to the party for that particular part of my set.

DJ Kool Herc

 

C’est avec cette manière de mixer que vont naître les premiers B-boys et B-Girls (Break-boy / Break-girl). Les noms venant du simple fait que les danseurs dansaient pendant le breakbeat. Pendant qu’il mixait, Kool Herc avait aussi pris l’habitude d’appeler les Breakers pour qu’ils viennent danser : « For all the B-boys & B-girls get ready , this is for y’all ».

 

GRANDMASTER FLASH

 

 

Joseph ‘Grand Master Flash’ Sadler est un des pionniers du DJing.

 

Tout comme Kool Herc, il va développer ses propres techniques de mixage et va être l’un des premiers à utiliser deux fois le même vinyle pour faire durer le breakbeat en accordant le rythme entre les deux tables de mixage. Cette technique qu’il appellera le backspin ou beat juggling .

Il va aussi créer une manière de mixer pour que deux chansons s’enchaînent sans arrêter la musique et surtout perfectionner les transitions en respectant le rythme de chaque vinyle.

 

Cette passion pour la musique lui vient beaucoup de ses parents.

Son père possédait une collection immense de vinyles et sa mère l’aurait poussé à aller dans une école pour apprendre à réparer les appareils électroniques.

Avoir des connaissances techniques va lui permettre de bricoler la première table de mixage et le cross-fader qui permet de passer d’un vinyle à l’autre.

 

“My father was a very heavy record collector. He still thinks that he has the stronger collection. I used to open his closets and just watch all the records he had. I used to get into trouble for touching his records, but I’d go right back and bother them.”

Grandmaster Flash

 

Pour ce qui est du scratch, on l’attribut à Théodore ‘Grand Wizzard Theodore ‘ Livingston.

 

 

Pendant que Grandmaster Flash venait s’entraîner chez DJ Mean Gene (grand frère de Théodore), Grand Wizzard Theodore en profitait pour regarder ce qu’il faisait et apprendre en cachette.

DJ Mean Gene ne permettait pas à son petit frère de toucher les platines, et quand celui-ci partait au travail, Grandmaster Flash devenait le mentor de Théodore pour tout lui apprendre du DJing.

 

Comme Théodore était jeune, Grandmaster Flash devait prendre une caisse de lait pour qu’il ait la bonne taille et lui permettre de mixer.

Cet apprentissage en secret durera jusqu’à ce que Grandmaster Flash réussisse à convaincre Mean Gene de laisser Théodore mixer devant un public et voir à quel point son petit frère l’avait surpassé en terme de DJing.

 

“Now his little brother would watch me, but Gene would say ‘Whatever you do, do not let my little brother touch the turntables. When Gene used to go to work, I used to sneak Theodore in the room and teach him.”

Grand Master Flash

 

Grandmaster Flash va aussi être l’un des premiers à comprendre comment chauffer le public et animer une soirée.

Il appellera ses amis pendant qu’il mixe et aura compris assez tôt que le Hip Hop est un genre qui permet de rendre complétement fou le public et faire que les gens s’amusent.

 

“I’d say things like..’There goes my mellow Coca La Roc in the house’, ‘There goes my mellow Clark Kent in the house’, ‘There goes my mellow Timmy Tim in the house’..’To my mellow Ricky D’, ‘To my mellow Bambaataa’.. People like that sort of acknowledgment when they heard it from a friend”

Grandmaster Flash

 

Quand le Hip Hop était en plein développement, chaque personne ou groupe qui passait sur scène donnaient le maximum pour faire le show et il y avait souvent une compétition entre les emcees ou groupes présents.

Quand c’était le tour de Grandmaster Flash, il en profitait pour fatiguer le public et ne pas laisser le choix à la personne qui passait après lui que d’avoir un public en manque d’énergie et instaurer une sorte de compétition pour voir qui était le meilleur MC.

 

“As we were leaving off stage we would knock on the dressing room door of the next act and say ‘Good Luck’. We would then sit back on the side and watch them play to a tired worn out audience. That’s when the battle was on.”

Grandmaster Flash

 

En plus du DJing, Grandmaster Flash et son groupe ‘Grandmaster and the Furious Five’ sont connus pour avoir sorti ‘The Message’ en 1982 que tu as forcément déjà entendu tellement ce son est devenu emblématique et classique pour le Hip Hop.

 

AFRIKA BAMBAATAA

 

 

Le dernier pionnier de la culture Hip Hop dont je te parlerai ici est Lance Taylor, plus connu sous son nom d’artiste, Afrika Bambaataa.

Au départ, Bambaataa est lui aussi un DJ et va animer les soirées en tant que Emcee comme Kool Herc ou Grand Master Flash.

 

Mais ce qui va nous intéresser est le rôle central qu’a eu Bambaataa pour canaliser la violence des ghettos et en faire ressortir la paix et la créativité.

Quand il était jeune, il faisait partie d’un gang du Bronx, les ‘Black Spades ‘.Il est donc familier au système des gangs et la violence omniprésente .

Plus le Hip Hop prenait de l’ampleur, plus des possibilités de sortir d’un mode de vie dangereux pour se rabattre sur une vie de créativité et un peu plus paisible apparaissaient pour les jeunes de l’époque.

 

Bien sûr, le changement n’a pas été magique comme chez Walt Disney.

Mais le Hip Hop de manière général a permis et permet encore aux jeunes des ghettos de trouver une porte de sortie à toute la merde présente dans les quartiers.

 

“It started coming together as far as the gangs terrorizing a lot of known discotheques back in the days. I had respect from some of the gang members because they used to go to school with me. There were the Savage Skulls, Glory Stompers, Blue Diamonds, Black Cats and Black Spades.”

DJ Kool Herc

 

Grâce à un concours d’écriture, Afrika Bambaataa va réussir à gagner un voyage en Afrique et s’ouvrir à d’autres cultures et modes de vie différents de ce qu’il voit dans le Bronx.

Ce voyage ainsi que le film ‘Zulu’ vont l’inspirer à créer sa propre vision d’une communauté soudée et unie pour un même objectif.

 

C’est à ce moment qu’il prendra son nom de scène actuel pour s’appeler Afrika Bambaataa Aasim , en l’honneur du nom du Chef Zulu, Bhambatha qui mena une rébellion contre les Néerlandais en 1906. (Il serait une des premières inspirations qui aurait lancé le mouvement anti apartheid en Afrique du Sud).

L’organisation qu’il va créer va d’abord s’appeler ’The Bronx River Organization‘ pour devenir une alternative aux ‘Black Spades‘.

Avec le développement du Hip Hop, le nom changera pour ‘The Mighty Zulu Nation’ et l’organisation finira par s’appeler ‘The Universal Zulu Nation’ .

 

La Zulu Nation va servir à sortir les jeunes de la vie dangereuse qu’ils mènent dans les gangs pour leur montrer qu’une vie plus calme et moins dangereuse est possible.

Le changement ne s’est pas fait du jour au lendemain, mais la Zulu Nation a quand même compté plus de 40,000 membres dans ses meilleures années.

 

Vers la fin des années 90’ la Zulu Nation comptait encore 10,000 membres, étalés sur plus de 20 pays.

Afrika Bambaataa avec son organisation a donc été l’un des premiers et avec beaucoup de succès à sortir les jeunes de la culture des gangs grâce au Hip Hop.

En dehors de la Zulu Nation, il était aussi connu pour avoir une collection immense de vinyles, qui ont permis d’ouvrir le Hip Hop à d’autres styles musicaux et briser les codes.

Il lui arrivait de mixer et de rajouter des sons qui n’ont absolument aucun rapport avec les musiques que l’on pouvait entendre à New York.

Malheuresement Bambaataa ne connaîtra qu’un seul succès musical avec ‘Planet Rock ‘ sorti en 1982 .

 

 

A noté que le sample utilisé est d’un groupe Allemand (Kraftwerk) connu pour avoir popularisé la musique électronique.

Un genre éloigné des autres musiques de l’époque, ce qui nous amène à ce que j’aime avec le Hip Hop.

La liberté de créer.

 

histoire-de-la-danse-hip-hop-citation1

 

La Liberté de création et le Hip Hop

 

Si j’aime le Hip Hop c’est que n’importe qui peut se lancer et amener sa personnalité, son style, ses inspirations et ce qu’il aime.

 

“Well one of the great things about hip hop is that it has always been an easily accessible form of expression with each participant being able to bring into the fold their own experiences and musical background”

Davey D

 

La liberté de choix dans les samples et les musiques a toujours été la manière dont le Hip Hop a évolué.

Au départ les emcees posaient leur flow sur des sons de James Brown et aujourd’hui certains rap contiennent des samples qui viennent de la variété française, même par des mecs qui font du Gangsta Rap.

Regarde ces liens pour voir à quel point le Hip Hop va chercher des inspirations dans n’importe quel autre genre musical.

Dr Dre Feat. Charles Aznavour / Eminem Feat. Mike Brant / Suprême NTM Feat. Frédéric Chopin .

Tu peux même trouver des musiques de variété française avec une vibe West-Coast : Véronique Sanson – Les Tyrants .

 

La force du Hip Hop tient dans les possibilités infinies que permet le genre. Tu peux tout voir.

 

Que ce soit une personne avec une personnalité extravagante comme Cardi B ou un mec ultra posé comme Snoop Dogg .

Quelqu’un qui vient de milieu plus ‘chic’comme Lil Dicky ou des mecs du ghetto comme NWA .

 

Je parle ici de rappeurs mais tu trouves cette mixité dans chaque élément de la culture Hip Hop.

Pour moi, le Hip Hop c’est le plus gros engrais à l’entrepreneuriat et à la créativité.

 

C’est un peu optimiste mais là je ne prends pas en compte ce qui tourne autour du Hip Hop et les mauvais côtés qu’on lui associe (violence, drogue, misogynie…).

Toujours est-il qu’il y a peu de barrières et beaucoup de possibilités peu importe ta personnalité, ton milieu social, ta couleur de peau, ton âge ou ton sexe.

 

Alors bien sûr t’auras toujours un mec pour te dire que ce qu’on entend aujourd’hui ça n’est pas du Hip Hop et que le premier gars en 70’ lui c’était un vrai car il a vécu le début donc forcément c’est authentique pas comme tout ce rap ‘commercial‘.

 

Comme l’on dit chacune des personnes qui ont permis le développement du Hip Hop (VOIR CITATION CI-DESSOUS).

 

les-origines-hip-hop-citation2

 

Maintenant que l’on à vu en majorité le DJing et le Emceeing, il est temps de passer à la danse Hip Hop pour comprendre en quoi c’est un style différent.

 

Le freestyle au coeur de la danse Hip Hop

 

Sur ce blog nous parlons de plusieurs styles de danse Hip Hop, qui à la base n’ont rien à voir, que ce soit musicalement ou dans leurs origines.

 

Pourtant nous les avons mis sous le même toit, pourquoi ? Notre opinion est que toutes ces danses ont un point commun.

 

Le Freestyle et la compétition sous forme de battle, en total improvisation.

– Clique ici pour devenir meilleur en freestyle quand tu danses –

 

Ces styles se distinguent des autres danses avec l’improvisation pendant les compétitions. Beaucoup d’événements se font sous forme de freestyle avec deux camps, qui s’affrontent.

Chaque camp essayant de danser le mieux possible sur la chanson que le Dj passera.

 

Quand tu regardes des danseurs pendant un battle, il peut sembler normal de voir que les danseurs ont une musicalité quasiment parfaite mais en freestyle il faut vraiment avoir l’oreille pour comprendre les distinctions dans la musique et avoir un avantage sur l’autre danseur.

Pour expliquer un peu plus d’où vient le freestyle on va faire un bond en arrière et revenir aux Block Parties.

 

Pendant que Kool Herc apprenait à ambiancer la salle, les danseurs ont commencé à s’organiser autour de la première danse Hip Hop qui va naître, le break.

Pour apprendre, tout ce faisait en crew, en gang.

 

Beaucoup des premiers danseurs venaient des gangs et le principe de rivalité avec d’autres groupes était normal. Pour rentrer dans un crew et apprendre à danser le break il fallait défier un autre membre en battle pour gagner le respect.

 

Dis comme ça, on se croirait dans un duel que tu peux voir dans un Shonen Nekketsu mais c’était très sérieux.

Quand tu vis dans le ghetto, tu apprends à ne pas être un lâche. Les battles sont devenus fréquents et habituels pour les premiers B-boys et B-Girls.

 

Les premiers mouvements que les breakers vont utiliser (style Uprock) ressembleront beaucoup à ce que ferait quelqu’un qui veut se battre. Tu te doutes que ça ne sort pas de nulle part (mais on en reparlera plus longuement dans l’histoire du break – LIEN).

 

Si nous avons mis la House Dance ou le Voguing sous le même toit que le Break c’est surtout par rapport à la manière dont les compétitions se passent, en battle et en total freestyle, tout ce faisant à l’improvisation.

Dans cet article tu peux trouver un battle pour chaque style de danse .

 

Conclusion

 

Le début de l’histoire du Hip Hop se passe donc sur la côte EST des Etats Unis et ce n’est que dans les débuts des années 80’ que le mouvement sera baptisé Hip Hop par Afrika Bambaataa. Maintenant que l’on a un beau bébé, baptisé et prêt à marcher, il ne manque plus qu’à lui apprendre à danser pour révolutionner le monde.

 

Nous remercions tous les pionniers de la culture Hip Hop qui ont marqué l’histoire, et à tous ceux qui continuent de développer la danse Hip Hop dans le monde.

 

 

Etre danseur c’est bien mais être spectateur ça fait aussi parti du taff de danseur hip hop.

Voir ce que font les autres artistes, leurs créations, leurs prises de risque, leurs tests ratés, leurs réussites, leur évolution est enrichissant.

Et pour participer pleinement à cette culture, il faut se rendre à des événements. Entre regarder un battle en vidéo et d’être dans l’ambiance le jour J, il n’y a aucun rapport. La culture Hip Hop est une culture du direct, de l’instant, et c’est encore plus vrai dans la danse. C’est impossible de parfaitement retranscrire l’énergie du mouvement d’un danseur en vidéo. La danse il faut voir ça en vrai, de tes propres yeux.

 

Pas d’excuse pour ne pas venir à des événements de danse Hip Hop.

Battles, spectacles, cyphers, soirées, rencontres entre danseurs… Ca danse partout tout le temps.

La danse Hip Hop a bien pris sa place dans le paysage de la culture française. Elle s’approprie l’espace autant dans des salles de spectacle que sur internet.

Le Hip Hop s’exporte sur le net sous toutes les formes : films, vidéos de cours de danse, courts-métrages et même dans les clips de musique.

La danse est partout et ne cesse de se développer.

 

Je ne vais pas pouvoir parler de tous les battles, spectacles et vidéos stylés; cet article serait bien trop long et chiant. On va quand même essayer de faire un topo de tout ce qui existe en matière de danse Hip Hop.

C’est parti !

Pour regarder de la danse Hip Hop, plusieurs choix s’offrent à toi.

 


LES BATTLES DE DANSE

ou-voir-danse-hip-hop-les-battles

 

 

Les règles du battle

 

Un battle se déroule comme une compétition sportive.

Chaque battle a ses propres règles. Il n’y a pas une forme de battle fixe. Les organisateurs essayent de plus en plus de se renouveler ou de donner un nouvel élan à cette discipline.

 

Les danseurs s’affrontent en solo ou en équipe sur une musique qu’ils ne connaissent pas à l’avance. Ils ont plusieurs passages en freestyle pour montrer ce dont ils sont capables.
Quand les battles se déroulent en duo ou en équipe, les danseurs créent des combinaisons ou routines qu’ils ont chorégraphié à l’avance. Ça ajoute de la cohésion pendant leur passage et du show au battle.

Les danseurs sont répartis en fonction de leurs styles : Popping, Locking, House, New Style, Bboying, Voguing, Krump. En général, les danseurs ne se mélangent pas. Un danseur de b-boying n’affronte pas un danseur de krump, sauf à quelques exceptions près.

La compétition est organisée par poules, jusqu’à arriver aux quarts de finale, demi-finales et la finale qui détermine le champion. Le danseur gagnant remporte un prix : trophée et somme d’argent.

Pour départager les danseurs il nous faut des juges. Ils déterminent le gagnant en fonction de plusieurs critères : technique, originalité, musicalité, etc.

 

Ainsi, comme toute autre compétition sportive, le danseur doit s’entraîner comme un sportif de haut niveau, se mettre en condition, avoir un esprit de compétition, travailler sa technique, sa musicalité, toujours se dépasser pour atteindre un meilleur niveau.

L’esprit de compétition fait parti intégrante du battle. Un seul enjeu : montrer que tu es le meilleur.

 

Quand tu es spectateur de battles, tu viens autant pour regarder les danseurs participants, que pour être dans l’ambiance. Tu es entouré de danseurs, ça danse de partout, pas que dans le ring. Des cyphers se créent ici et là. Tu parles de danse toute la journée.

 

Les Battles en France

 

En France on a beaucoup d’événements Hip Hop qui se déroulent tout au long de l’année.

Je t’ai fait une sélection de plusieurs battles qui ont chacun une façon différente de se dérouler.

 

Le Juste Debout

(Juste Debout)

C’est le plus gros event Hip Hop en France. Il se déroule à l’Accor Hotel Arena courant mars chaque année.

Le Juste Debout créé par Bruce Ykanji en 2002 est devenu la référence des battles de danses debout dans le monde.
Les meilleurs danseurs se retrouvent en final à Paris pour un show qui dure toute une après-midi.

 

La compétition est dure car les meilleurs danseurs du monde veulent participer et se battent pour obtenir leur place en finale.

Les juges partent en tournée dans le monde entier pour sélectionner les meilleurs danseurs qui s’affronteront lors de la finale à Bercy. La compétition se déroule sur plusieurs mois, des mini Juste Debout ont ainsi lieu partout dans le monde.

Participer au JD permet d’avoir une vitrine importante et de se faire repérer par des danseurs ou des compagnies du monde entier.

 

Le Fusion Concept

(Fusion Concept)

Comme son nom l’indique, ce battle a un concept particulier : faire fusionner les styles de danse. 

Il a lieu chaque année à la fin de l’été à Paris.

Dans cette compétition, les danseurs ne s’affrontent pas par catégorie. Tous les styles se mélangent, un locker peut affronter un krumper par exemple. C’est la fusion des danseurs, un peu comme dans DBZ.

 

Les organisateurs, le Ghetto Style Movement, font tout pour mettre à l’honneur le freestyle, peu importe le style de danse.

Comme le Juste Debout, il y a des présélections pendant une tournée dans le monde entier pour décider des danseurs qui participeront à la finale à Paris.

 

Another Dimension Challenge

ou-voir-danse-hip-hop-another-dimension-challenge

(Another Dimension Challenge)

Nouveau concept de battle qui fait s’affronter des musiciens et des danseurs, tous deux en freestyle.

Ce battle est né récemment, sa première édition a eu lieu en décembre 2017. On attend de voir ce que nous réserve les prochaines éditions mais la première était déjà dingue !

 

La musicalité est à l’honneur dans cet event. Danseur et musicien se suivent et créent ensemble.

Saxophoniste, violoniste, beatboxer, et DJ se sont confrontés à des danseurs de plusieurs styles.
A voir en live c’était impressionnant. L’idée que les danseurs dansent sur de la musique live c’est déjà original, mais que les musiciens créent en freestyle et ne suivent aucune partition c’était magique.

 

 

Tous ces battles prouvent à quel point il existe une grande palette de façons d’organiser un battle. C’est un genre d’événement qui ne cesse de se renouveler.

 

 

Les Battles à l’étranger

 

Des battles il y en a partout dans le monde tout le temps !

En Europe, Chine, Corée du sud, Brésil, Etats-Unis… La culture Hip Hop s’est tellement propagée depuis sa création, que la communauté des danseurs a largement dépassé les frontières des Etats-Unis.

La danse est une langue universelle. Un français et un coréen qui aiment tous les deux le Locking peuvent se comprendre alors que pourtant ils n’ont pas la même culture et ne parlent pas la même langue. C’est ça la magie de la danse.

Si tu cherches des battles à l’étranger, il en existe pleins ! Je vais donc te donner un aperçu des plus connues.

 

 

Le Red Bull BC One

(Red Bull BC One)

C’est le battle le plus connu chez les b-boys. Les meilleurs breakers s’affrontent en 1vs1 pour remporter la ceinture Red Bull et le prix du vainqueur.

Le lieu du battle change chaque année mais il se déroule toujours courant novembre.

 

La compétition est forte car tout le monde veut le titre du meilleur b-boy de l’année. Les danseurs se préparent comme des sportifs professionnels pour être le meilleur le jour de la compétition. Ils ont préparé leurs meilleurs tricks et power moves pour l’occasion. En tant que spectateur

 

Etre vainqueur du Red Bull BC One est une grande reconnaissance dans le monde du B-boying.

Certains participants de la compétition font d’ailleurs partis des athlètes Redbull, appelés les Red Bull BC One All Stars. Plusieurs français en font parti comme bboy Junior et bboy Lilou.

Et nouveauté, en 2017 pour la première une b-girl, bgirl Ayumi, a concouru pendant la finale !

 

Si tu ne peux pas te rendre au battle, il existe des présélections dans différents pays et ils passent par la France et le Benelux.
Sinon il reste toujours l’option de regarder le live sur le site Red Bull ou le regarder en replay.

 

Le Battle of the Year

(Battle of the Year)

Autre grosse compétition de B-boying, mais cette fois-ci en équipe.

La finale du BOTY a lieu chaque novembre à Essen en Allemagne.

 

Les meilleurs crews de b-boys, comme le Vagabond Crew ou The Flooriorz, s’affrontent en enchaînant passages solo et passages à plusieurs. Les routines sont toujours recherchées et chaque passage est impressionnant à regarder.

 

Le Summer Dance Forever

(Summer Dance Forever)

Le festival se déroule sur plusieurs jours en août à Amsterdam.
On peut autant assister aux battles, qu’à des spectacles chorégraphiques : le Theatre Forever.

 

Les danses debout sont mises à l’honneur. Tu peux venir assister à des battles de haut niveau en Locking, Popping, House Dance et New Style.

 

Le KOD

(KOD)

Cet événement regroupe plusieurs styles : Popping, Locking, Hip Hop et Breaking.

 

Les présélections se déroulent tout au long de l’année dans le monde entier.

En finale, chaque pays est représenté par une team. La team est composée des danseurs des quatres styles de danse. Le battle se déroule en 4 vs. 4 en Hip Hop, Popping et Locking et en 3 vs. 3 pour le Breaking.

Chaque style se confronte à son tour mais c’est l’équipe complète qui doit gagner.

 

C’est un événement original où tu peux voir pleins de styles de danse en une fois. Ca permet aux danseurs de se mélanger et de générer une énergie commune pour gagner.

 

 

Ca ce sont les classiques mais il y en a pleins d’autres tout au long de l’année !

Si tu veux être au courant des événements qui ont lieu chaque semaine, inscris toi à la newsletter ! (c’est là le bouton à ta droite ou tout en bas).

Je ne t’ai présenté que les finales, mais pour la plupart des gros battles cités ci-dessus, il y a des présélections en France et en Europe donc tu peux venir assister aux battles qui se déroulent près de chez toi !
Pas besoin d’aller à l’autre bout de la Terre pour voir des bons battles.

 

 


LES SPECTACLES DE DANSE

ou-voir-danse-hip-hop-les-spectacles

Oui le Hip Hop ça se regarde aussi dans des salles de spectacles

 

La danse Hip Hop ce n’est pas seulement des battles. Cette danse s’est tellement développée qu’elle est aujourd’hui sur la scène.

Le Hip Hop s’est détachée de sa voie de prédilection du freestyle pour s’orienter vers la chorégraphie.

 

De plus en plus de compagnies de danse Hip Hop se créent partout en France et dans le monde. Elles inventent des spectacles chorégraphiques où les styles se mélangent, leur danse devient un moyen d’expression, de faire réagir le public.

 

Je pense que c’est une bonne chose car ça montre que le Hip Hop est destiné à tout genre de public.
Le public des battles est plutôt jeunes (entre 18 et 40 ans) et remplis principalement de danseurs, alors qu’en spectacle, on peut y voir un public plus éclectique : enfants, jeunes et plus vieux se retrouvent dans une même salle de spectacle.

Je crois d’ailleurs que c’est durant les spectacles de danse Hip Hop que j’ai pu voir autant de gens différents voir le même spectacle. La seule fois où ça arrive c’est pour un film au cinéma. Même pendant des concerts de Hip Hop, le public n’est pas toujours si mélangé.

Très peu d’adolescents vont à l’opéra de Paris voir des ballets ou vont même au théâtre. Ces endroits leur paraissent trop pompeux et réservés aux « vieux » malheureusement.

Pourtant, j’ai déjà vu de nombreux adolescents assistés à des spectacles de Hip Hop.

 

Le Hip Hop est partout ! Il est rentré dans la culture française et il plaît à beaucoup de gens.

 

 

Les Festivals de danse Hip Hop en France

 

Si tu veux voir du Hip Hop assis confortablement dans un siège, je t’ai fait une sélection de festivals de danse où de nombreuses compagnies se produisent.

 

Le Festival Kalypso

(Festival Kalypso)

Ce festival est organisé par le CCN (Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne) à l’initiative de Mourad Merzouki, directeur du CCN et créateur de la compagnie Käfig.

Des spectacles, battles et rencontres entre danseurs ont lieu dans une vingtaine de lieux d’Ile-de-France pendant deux mois, de novembre à décembre.

La programmation est toujours large. Tu peux voir tous styles de danse Hip Hop et les compagnies ont chacune leur façon de raconter une histoire. Chaque spectacle a son petit quelque chose.

Faut venir voir ça !

 

Le Festival Désolé Maman

ou-voir-danse-hip-hop-festival-desole-maman

(Festival Désolé Maman)

Ce festival propose une semaine complète de danse Hip Hop en mars.

Au programme : spectacles, vidéos danse, rencontres débat, apéro, cypher. Un bon condensé de danse Hip Hop pendant 7 jours.

Le festival est récent et prend place principalement à Mains d’Oeuvres à Saint-Ouen dans le 93. Il s’étale aussi sur d’autres lieux comme La Place à Châtelet et La Villette.

 

Le Festival Danse Hip Hop Tanz

(Festival Danse Hip Hop Tanz)

Porté par Moov’n Aktion depuis 1997, le festival propose des spectacles de danse Hip Hop tout au long du mois de mai et juin.

Le festival se balade dans plusieurs villes du 93 : La Courneuve, Aubervilliers, Pantin, Bobigny et Bagnolet.

 

Suresnes Cités Danse

(Suresnes Cités Danse)

Initié par Olivier Meyer, ce festival a été créé en 1993 (j’étais même pas né…).

Il met en avant des chorégraphes Hip Hop et contemporains.

Tous les ans en janvier et février tu peux venir voir des spectacles au Théâtre de Suresnes dans le 92.

 


 

LES LIEUX HIP HOP

ou-voir-danse-hip-hop-lieux-hip-hop

La Danse Hip Hop se propage partout et plusieurs lieux existent qui proposent souvent des événements qui mettent en avant la danse dans leur programmation.

J’en ai deux à Paris pour toi. Reste à l’affût de leur actualité car tout au long de l’année ils proposent des spectacles, battles, soirées Hip Hop.

 

La Place

La Place a ouvert ses portes en 2016 et est un lieu 100% Hip Hop. Tous les arts y sont représentés : Graffiti, Danse, DJing, Rap.

C’est vraiment le lieu à stalker si tu veux te faire une sortie Hip Hop.

Tu peux même venir t’entraîner avec d’autres danseurs dans le hall !

 

Le 104

Le 104 abrite des danseurs depuis quelques années maintenant.

Pleins de danseurs de tous styles de danse Hip Hop viennent s’entraîner dans le hall.

Ce lieu artistique propose de nombreux spectacles de danse tout au long de l’année, en Hip Hop comme dans d’autres styles de danse.

 

La Villette

La Villette met en avant tous les arts, dont la danse Hip Hop. De nombreux spectacles et initiatives sont organisées dans l’année.

Notamment, les journées Let’s Dance : un rendez-vous pour essayer des cours de danse de tous styles (hip hop, africaine, jazz, moderne, contemporain, etc).

 


 

LES VIDEOS DE DANSE

ou-voir-danse-hip-hop-videos-danse

 

Que faire quand tu ne peux pas te rendre à un battle ?

 

Aller à des événements ça coûte cher : déjà il faut payer le prix de ta place et si tu habites loin du lieu il faut compter le prix du déplacement aussi.
Si tu habites loin de la plaque tournante du Hip Hop (aka Paris), alors aller à des événements souvent devient très compliqué : c’est cher, c’est loin, il faut prendre le métro, le rer, le train, l’avion.

Bref, tu ne peux pas aller à tous les événements tout le temps.

 

La solution miraculeuse du XXIème siècle : INTERNET.

Les danseurs ont bien compris le bénéfice d’internet qui est une grande plateforme pour montrer aux gens ce que tu sais faire.
Internet regorge de vidéos de danse Hip Hop et il y en a de plus en plus.

 

Tu peux voir de la danse Hip Hop sous plein de formes sur internet !

 

Les Rediffusions d’Evénements

 

Tous les gros battles ont une chaîne youtube où tu peux voir et revoir les battles autant de fois que tu veux.
Le Juste Debout, le Red Bull BC One, le Fusion Concept, le Summer Dance Forever, le World of Dance et j’en passe.

Plus aucune excuse pour ne pas être au courant des danseurs les plus chauds du moment.

 

 

Les Danseurs à Suivre

 

Justement, tu peux aussi suivre les danseurs directement sur leurs réseaux sociaux.

 

Sur instagram, réseau social de photos et vidéos, cela permet aux danseurs de montrer des photos stylés et des vidéos de leurs freestyles, de leurs cours ou même pendant leurs entraînements.

 

Sur facebook c’est pareil. Beaucoup de danseurs ont des pages officielles où ils postent souvent des vidéos de leur travail.

 

Sur youtube, il y a aussi de plus en plus de danseurs qui postent du contenu.

C’est possible de voir leurs vidéos créations. Certains danseurs aiment allier l’art du cinéma et de la danse, comme Daniel Cloud Campos ou Sadeck.

Egalement, les danseurs postent souvent des vidéos pendant leurs cours. C’est le gros truc à la mode en ce moment.
Impossible de ne pas être passé devant au moins une vidéo de WilldaBeast ou tout autre professeur du Millennium Dance Complex.
Ca se fait également en France. Tu peux voir les cours de la Juste Debout School par exemple.

 

 

Les Chaînes Youtube à Suivre

 

Plusieurs chaînes youtube sont spécialisés en danse Hip Hop.

 

–  Stance : cette chaîne est l’endroit si tu veux voir des battles. Elle poste des vidéos régulièrement.

–  YakFilms : elle met en avant les créations des artistes. Vidéo et danse se complètent pour créer un art original.

 Step X Step Dance : cette chaîne est complète. Tu as autant des interviews de danseurs, des rediffusions de battles, des vidéos de chorégraphies, de freestyles.

 

 

Les Films de Danse

 

Plusieurs films sont sortis depuis la création du Hip Hop, mettant en avant cette culture et sa danse. On t’avait déjà fait une sélection de 5 films de danse Hip Hop.

Les films sont un moyen original de regarder de la danse. Les chorégraphies sont dynamiques et la façon de filmer est très cinématographique. Tout doit rendre plus fort qu’en réalité, ce qui crée des scènes avec des visuels forts.

 

 

Les Clips de Musique

 

De nombreux artistes demandent à des danseurs Hip Hop de travailler avec eux pour leurs clips vidéos.

Missy Elliott, étant elle-même chorégraphe, elle fait souvent venir des danseurs dans ses  clips, comme les Twins dans son clip “WTF”.

Madonna est également bien connu pour s’entourer des meilleurs danseurs dans ses clips et surtout pour ses tournées.

D’autres artistes mettent souvent en avant des danseurs Hip Hop comme Pharrell Williams ou Snakehips en mode voguing avec les danseuses Aya Sato et Bambi.

 

Même les artistes francophones se mettent à faire des vidéos clip avec de la danse. Stromae a collaboré avec la chorégraphe Marion Motin pour son clip “Papaoutai”. Plusieurs danseurs font parti du clip, comme le krumper Tight Eyez et le jeune Rubix.

Autre exemple français, Christine and the Queens qui s’est entouré de danseurs comme le bboy Léo ou le danseur de New Style Diablo.

 

 


Tu n’as plus aucune excuse pour ne pas aller voir de la danse Hip Hop !

 

Va assister à des battles près de chez toi, pose toi devant des vidéos de danse sur youtube ou organise toi une sortie spectacle de danse avec tes potes.

La danse Hip Hop est disponible partout donc fais toi plaisir !

 

N’hésite pas à partager en commentaires les battles où tu aimes aller ou même les endroits près de chez toi qui proposent des événements Hip Hop !

 

C’est noël donc c’est le moment de détendre ses muscles et profiter des fêtes de fin d’année !

C’est la période où toutes les chaînes de télévision ressortent les vieux films à l’eau de rose…

Sauf que nous, même notre noël il est Hip Hop !

 

Donc on t’a concocté une sélection de 5 films de danse Hip Hop à regarder avachis dans ton canapé, seul, entre amis ou en famille avec des chocolats. Attention de ne pas trop en abuser ! D’accord on profite c’est noël mais attention à la reprise !

On se donne bonne conscience en se disant que regarder un film de danse c’est quand même danser dans sa tête ! La tête y est mais le corps n’y est pas.

Et puis c’est toujours bon de regarder des films de danse Hip Hop pour s’inspirer en vue de la prochaine chorégraphie que tu vas créer ! C’est un bon moyen de choper les attitudes, faire comme si on était en battle, se prendre pour Omarion dans Street Dancers.

 

Aller c’est parti, pose toi avec du pop corn et enjoy !

 

 

Street Dancers / You Got Served (2004) :

Synopsis :

Deux amis de Los Angeles passionnés de danse sont les leaders d’un crew. Ils sont les champions chez eux jusqu’au jour où un crew adversaire les provoque en battle pour une grosse somme d’argent.

– Clique ici pour commencer à apprendre le Hip Hop avec 10 pas de danse faciles –

 

Pourquoi on aime :

Autant commencer par les classiques. Quand on dit “film de danse hip hop” c’est le premier film qui vient en tête. Rien que t’entends la musique du début du film, tu reconnais directement, tu peux même commencer à faire les pas de la chorégraphie.

Pour toute personne ayant grandi dans les années 2000, tu sais à quel point ce film avait bien marché, même en France ! Tout le monde voulait faire des battles dans la cour et s’habiller comme eux.

C’est un film qui nous plonge dans l’ambiance des battles en équipe, entre rivalité et amitié.

Bon par contre il y a des moments très cheesy mais on aime quand même !

C’est toujours marrant de voir Omarion à ses débuts, qui était en pleine ascension avec les B2K.

 

 

Breakin’ / Break Street ‘84 (1984) :

Synopsis :

On se plonge dans les années 80 à Los Angeles. Kelley, danseuse de jazz rencontre deux danseurs de Hip Hop et ils décident à trois de monter un spectacle.

– Clique ici pour en apprendre plus sur l’histoire du Locking et la période Funk –

 

Pourquoi on aime :

C’est l’histoire typique de la danseuse américaine blanche de formation plutôt classique, qui se trouve plongée dans un univers qu’elle ne connaît pas, ici le Hip Hop.

Ce scénario a été repris tellement de fois dans les films de danse ! Dirty Dancing, Save the Last Dance, Step Up (ou Sexy Dance pour les français… j’ai jamais vu une traduction de titre de film aussi pourrie), etc. Les frères Wayans ont d’ailleurs repris ces clichés de films de danse dans Dance Movie.

 

De toute façon c’est pas ça le plus important dans ce film. Ce qu’on aime c’est voir :

  • les bboys, lockers et poppers qui s’éclatent sur Venice Beach dans des tenues so flashy, so extravagantes, so années 80. Et de constater à quel point ces danses ont évolué !
  • un Ice T tout jeune en MC.
  • et Shabba Doo et Boogaloo Shrimp quand même ! Deux danseurs phares de lock et pop. Ils avaient même fait un passage en France dans l’émission H.I.P H.O.P de Sydney. (Par contre attention la qualité peut agresser les yeux).

 

 

Beat Street (1984) :

Synopsis :

Un groupe de jeunes du Bronx est animé par une passion commune : le Hip Hop. Kenny est DJ, son petit frère Lee est bboy, Ramon est graffeur et Charlie devient le manager de Kenny.

 

Pourquoi on aime :

C’est un des premiers films qui met en avant la culture Hip Hop dans son intégralité : DJ, BBoy, Graffiti et MC. Il a été précédé de près par Wild Style et Style Wars. A regarder aussi !

C’est excitant de se plonger dans le Bronx des années 80 où afro-américains et hispaniques se mélangent. On kiff les tenues, les musiques, l’ambiance, les battles de break, les soirées dans les clubs et même le rap du père noël.

Bien moins flashy que Breakin’. On voit nettement la différence entre l’ambiance de Los Angeles et celle de New York alors que les deux films sont sortis la même année.

A Los Angeles on lock et on pop près de la plage. A New York on break dans les rues décorées de graffitis.

– Clique ici pour commencer le Popping avec 10 pas de danse faciles –

 

 

Battle of the Year (2013) :

Synopsis :

L’équipe américaine de bboys veut défendre sa place au Battle of the Year.

– Clique ici pour apprendre 10 pas de danse faciles de Breakdance –

 

Pourquoi on aime :

Le BOTY est une vraie compétition de bboys qui existe depuis 1991 en Allemagne. C’est un des gros rendez vous pour les battles de break où les meilleurs s’affrontent en équipe.

Donc c’est plutôt cool quand des films essayent de mettre en avant la culture Hip Hop.

Même si c’est TRÈS TRÈS à l’américaine, avec une belle tête d’affiche (Chris Brown) pour faire venir les gens au cinéma ! Heureusement ça se voit que c’est un artiste qui s’intéresse à la danse et respecte cet art.

Les acteurs/danseurs ont suivi un entraînement aussi intense que s’ils allaient réellement participé à la compétition. Le tournage de la scène finale a même été tournée pendant le BOTY comme tu peux le voir dans le Making Of.

 

 

Honey (2003) :

Synopsis :

Honey, danseuse et professeur de Hip Hop, rêve de chorégraphier les clips des artistes Hip Hop et va tout faire pour aider ses élèves.

 

Pourquoi on aime :

Bon ça c’est mon plaisir coupable… Mais c’est Jessica Alba qui danse pour Missy Elliott !! Je ne peux pas ne pas aimer.

C’est LE film pour toute petite fille qui rêve de devenir danseuse.

Le film nous plonge dans l’ambiance de New York des débuts 2000. Une belle époque où tout le monde se baladait en baggy et avec des bandeaux de basketball sur le front. Au moment où les clips de rap et rnb regorgeaient de danseurs tout le temps.

 

 


Profite bien devant ces films de danse Hip Hop !

 

Dis nous en commentaire quel ton film de danse Hip Hop préféré ! T’es plutôt années 80 ou années 2000 ?

 

Ce qu’on appelle généralement “le Hip Hop” en danse est plus diversifié que l’on pense.

Le “Hip Hop” est une grande famille qui regroupe pleins de façons de danser.

Le terme “la danse Hip Hop” peut être mal interprété. Il faut bien comprendre qu’il n’y a pas une danse unique en Hip Hop. Cet art est tellement plus riche que ça ! Il existe plusieurs styles de danse Hip Hop.

En fait c’est comme si on disait qu’un bboy dansait pareil qu’un locker

 

styles-de-danse-hip-hop

Je parle chinois ?

Pour prendre une autre comparaison qui te parlera sûrement mieux : c’est comme dans le Rap. Il existe plusieurs variantes, plusieurs sonorités différentes, autant dans les instrus, les thèmes abordés par le rappeur que sa façon de poser sa voix. Et bien en danse Hip Hop c’est la même chose. Il existe différents styles qui ont chacun des codes spécifiques.

Mais je comprends que ce soit compliqué, surtout pour les débutants, de reconnaître tous les différents styles de danse Hip Hop.

 

On va t’aider en te répertoriant tous les styles de danse reconnus comme faisant partie de la culture Hip Hop et en t’expliquant d’où ils viennent et comment les reconnaître facilement !

 

Quels sont les styles de danse Hip Hop ?

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-break-dance-style

Le Break / B-boying

Histoire de la danse :

breakbeat = le moment dans une musique où on entend seulement la basse, la batterie et la guitare.

Durant les block parties, c’est sur cette partie de la musique que les bboys s’amusaient le plus. Les DJ ont donc trouvé des techniques pour faire durer le breakbeat plus longtemps. D’où le nom “breaking” = danser sur le break de la musique.

Le Break est ainsi né durant les années 1970 dans le Bronx à New York. Il prend naissance en même temps que les autres arts de la culture Hip Hop (DJing, MCing et Graffiti).

Clique ici si tu veux en apprendre plus sur l’Histoire du Break.

 

Spécificité de la danse :

Le b-boying se pratique essentiellement au sol, à l’inverse des autres danses Hip Hop.

C’est une danse acrobatique qui mêle force et souplesse.

 

Les mouvements de base :

le top rock : le danseur se prépare à aller au sol en faisant des pas debout. Certains de ces pas sont empruntés de la gestuelle des boxeurs ou de pas de danses latines.

le up rock : autre façon pour le danseur de préparer sa descente au sol. C’est une simulation de gestes de combat : coups, esquives, parades. Ca crée du jeu dans le battle.

le foot work : le danseur est au sol et joue en se déplaçant et en changeant ses appuis de mains, genoux et pieds.

les phases (ou power moves) : mouvements physiques et acrobatiques. Ce sont principalement des tours sur la tête, le dos, les mains. Le danseur travaille sur la précision, la vitesse, les directions et l’énergie des phases.

les freezes : arrêt dans l’enchaînement des mouvements pour surprendre le spectateur. C’est souvent le moment où tu regardes le bboy et tu te dis “wtf comment il fait ça avec son corps ? Et comment il peut être en équilibre seulement sur son petit doigt ???”

Clique ici pour apprendre le Breakdance avec 10 pas de danse faciles.

 

Danseurs à retenir :

Bboy Mounir, Lilou, Hong10, Junior, Pocket, Ronnie… Il y en a trop ! Impossible de tous les citer.

Certains font aussi parti de crew comme le Vagabond Crew ou The Floorriorz.

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-locking-style

Le Locking / Lock

Histoire de la danse :

to lock = verrouiller.

Le Locking est une danse debout d’inspiration funk. Elle est née dans les années 1960 dans un club de Los Angeles par Don Campbell.

Clique ici si tu veux en apprendre plus sur l’Histoire du Locking.

 

Spécificité de la danse :

C’est une danse festive qui se caractérise par des mouvements fluides et arrondis, très funky associés à des arrêts pour surprendre le spectateur.

 

Les mouvements de base :

le pointing : consiste à tendre les bras et pointer du doigt vers une direction

le rolling : rotation des poignets

le clapping : clapper les mains entre elles, ou même sur le sol

Clique ici pour apprendre le Locking avec 10 pas de danse faciles.

 

Danseurs à retenir :

Old School : Don Campbell, The Lockers

New School française : Manu et Loic, P Lock, Candyman, Zid, Willow, Funky J

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-popping-style

Le Popping / Pop

Histoire de la danse :

to pop = éclater (comme le pop corn !)

Danse debout faisant parti des funk styles comme le Lock. Elle est née dans les années 1970 en Californie.

 

Spécificité de la danse :

La technique de cette danse est de contracter puis relâcher ses muscles le plus vite possible. Cela donne un effet de pop, d’éclatement, de pulsions.

 

En battle le popping peut prendre plusieurs formes :

le waving ou smurf : le danseur s’applique à faire des mouvements d’ondulations et de vagues qui se transmettent d’une partie du corps à l’autre. T’as l’impression qu’une vague d’énergie se déplace dans le corps.

le robot : imitation des mouvements mécaniques d’un robot. Le danseur isole chaque partie de son corps et décompose chaque mouvement pour rendre cet effet robotique.

le sliding : déplacements sous forme de glissades au sol où le danseur alterne différents appuis (notamment les demi-pointes et talons). Cela donne l’illusion que le danseur glisse sur le sol comme sur de la glace ou en apesanteur. Un pas très connu de sliding est le fameux moonwalk (marche sur la lune, l’apesanteur, la gravité, tu commences à visualiser !)

le tetris ou tutting : le danseur dessine avec ses bras, ses doigts ou ses jambes des formes angulaires, ce qui crée un jeu de lignes.

le boogaloo : le danseur travaille sur des mouvements fluides, donnant un effet de pantin désarticulé.

le slow motion : effet visuel et musical où le danseur ralentit ses mouvements pour donner l’effet qu’il bouge au ra…….len…….ti.

Clique ici pour apprendre le Popping avec 10 pas de danse faciles.

 

Danseurs à retenir :

Old School : Electric Boogaloos

New School à l’étranger : Lia Kim, King Tutat
Nos français : Bruce Ykanji, Nelson, Salah, Sadeck, Marie Poppins

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-hip-hop-new-style

Le Hip Hop New Style

Histoire de la danse :

Cette danse prend plusieurs noms : Hip Hop New Style / New School / Freestyle.

Elle est née dans les années 1990 avec le changement de sonorités, plus électroniques, des musiques.

C’est surement l’image que les gens ont le plus facilement en tête, avec le breakdance, quand on leur dit “danse Hip Hop”. C’est celle la plus mise en avant ces dernières années.

 

Spécificité de la danse :

Danse métissée qui s’inspire autant des autres styles de Hip Hop que d’autres styles de danse qui ne font pas parti de la famille Hip Hop. Ce style laisse au danseur la liberté dans son interprétation.

 

Les mouvements de base :

Il n’existe pas de mouvements spécifiques à cette danse. Pour faire court, le but c’est : innover, trouver de nouvelles façons de bouger, être en accord avec la musique, créer son propre style.

Clique ici pour apprendre le Hip Hop avec 10 pas de danse faciles.

 

Danseurs à retenir :

Les Twins, Physs, Kefton, Icee, Waydi, Boubou, Skitzo, Diablo

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-house-style

La House Dance

Histoire de la danse :

La House Dance est apparue dans les années 1970-1980 au cœur des clubs de Chicago et New York.

Cette danse prend ses influences de plusieurs styles : claquettes, danses latines, africaines et même disco.

 

Spécificité de la danse :

La spécificité de cette danse vient de sa musique. La prise du temps se fait en l’air et non au sol. Cette différence rythmique crée une danse fluide, légère, qui joue sur les appuis plus aériens et sautés.

 

Les mouvements de base :

le jacking : impulsion qui se répercute sur le buste (s’inspire du jouet “Jack in the box” où un clown jaillit d’une boîte)

les talon-pointe : jeu d’appuis

les rebonds : en House le danseur ne s’arrête jamais de rebondir, autant avec son buste, qu’avec des petits sauts sur le sol

Clique ici pour apprendre la House Dance avec 10 pas de danse faciles.

 

Danseurs à retenir :

Old School : Brian Footwork Green, Marjory Smarth, Ejoe Wilson

Nos français : Mamson, Yugson, Babson, Kapela (issus des groupes Wanted Posse et Serial Stepperz), Didier Firmin

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-krump-style

Le Krump / Krumping

Histoire de la danse :

Krump = kingdom radically uplifted mighty praise. Difficile à traduire en français, (“éloge puissant d’un royaume radicalement élevé”) mais on comprend tout de suite que cet art prend sa source dans un truc mystique.

Le Krump est apparu dans les ghettos de Los Angeles au début des années 1990.

Il descend du “clowning”, le fait de se déguiser en clown et de danser pour divertir les enfants durant leurs goûters d’anniversaire. La concurrence était tellement rude, que c’est par le battle que les danseurs gagnaient leur place. (Dure dure la vie de clown…)

Le Krump s’est ensuite répandu comme moyen d’échapper à la vie des gangs en relâchant cette rage d’une façon non violente.

 

Spécificité de la danse :

C’est une danse énergique qui a un rôle d’exutoire.  Elle a un côté très spirituel et voire même animal. D’ailleurs plusieurs danseurs de Krump portent des noms d’animaux, rien d’anodin.

Elle prend ainsi forme par des mouvements rapides, secs, forts, qui résonnent.

Les mouvements de base :

le stomp : taper sur le sol avec les pieds à plat

les arm swings : lancer ses bras avec force et vitesse

le chest pop : sortir sa poitrine vers le haut

 

Danseurs à retenir :

Américains : Tommy the Clown (inventeur du clowning), Tight Eyez et Big Mijo (créateurs du Krump), le groupe The KrumpKings, Miss Prissy, Lil C

Nos français : Grichka, Alexandre Cyborg, Wolf

 

 

styles-danse-hip-hop-voguing-style

Le Voguing

Histoire de la danse :

voguing = nom inspiré du magazine de mode Vogue

Cette danse est né dans les boîtes gays des communautés afro-américaines et latinos de New York pendant les années 1980.

 

Spécificité de la danse :

Le Voguing s’inspire des défilés de mode. Les danseurs jouent sur les attitudes et les poses extravagantes comme s’ils défilaient sur un podium. Il y a également une féminité affirmée dans les mouvements, que le danseur soit femme ou homme.

 

Les mouvements de base :

le catwalk : marcher comme un mannequin sur la pointe des pieds en remuant les hanches

le duckwalk : mouvement accroupi où le danseur peut se déplacer, rebondir, donner des coups de pieds

les hands : mouvements des bras

les spins : tour sur soi-même

les dips : tomber au sol avec une jambe pliée vers l’arrière et l’autre tendue vers l’avant

 

Danseurs à retenir :

Old School : Archie Burnett, Willi Ninja

 

 

Les-Styles-de-Danse-Hip-Hop-waacking-style

Le Waacking

Histoire de la danse :

Cette danse est né dans les boîtes gays de Los Angeles pendant les années 1970. Elle a été popularisée grâce à l’émission Soul Train.

 

Spécificité de la danse :

Le Waacking se danse surtout avec les bras. Les danseurs tournent leur bras à différentes vitesses et dans différentes directions.

Les mouvements de base :

le punking : raconter une histoire à travers un personnage

les rotations des bras : le danseur tourne ses bras dans différentes directions d’avant en arrière

 

Danseurs à retenir :

Old School : Arthur Goff, Tinker Toy, Andrew Frank

New School : Brian Footwork Green, Aya Sato et Bambi, Ibuki

 

 


Tu sais tout sur les différents styles de danse Hip Hop !

 

Tu n’as plus le droit de te tromper entre le Locking et le Popping, ni de croire que la danse Hip Hop se réduit au Break.

Notre culture est riche !

Il existe forcément un style de danse Hip Hop qui va te plaire !

Ce sera plus clair pour toi quand tu regarderas un battle ou quand tu voudras t’inscrire à un cours de danse Hip Hop !

 

 

Dis nous en commentaire quel est ton style de danse Hip Hop préféré !

 

 

Qu’on se le dise. Danser, c’est une perte de temps !

Il faut se préparer pour aller en soirée, aller en cours, se faire beau, apprendre à danser, sourire, être heureux, être confiant, se souvenir des pas, être sociable…

Beaucoup trop de choses que tu pourrais éviter si tu ne dansais pas.

On va voir comment éviter ces problèmes, car plus tu vas danser plus tu vas devoir gérer (tu n’imagines pas à quel point c’est l’horreur !).

 

Pourquoi il ne faut pas danser

ATTENTION 

L’article que tu t’apprêtes à lire est à prendre au 2 voir 100ème degré.

(Je précise que je ne juge aucun des comportements que je décris comme mauvais à 100%)

 

Tu vas avoir une vie sociale développée et faire (beaucoup) trop de rencontres

 

Avant de commencer à danser j’étais bien, un petit cercle de connaissances, les mêmes préoccupations, ma routine quoi.

J’ai commencé à devenir bon danseur et à aimer ce que je faisais et là les problèmes ont commencé. Je devais gérer mes relations et changer ma vie tranquille.

Il n’y a rien de pire que de recevoir des demandes pour sortir ou de rencontrer des gens passionnés comme toi.

Tout le temps que tu vas perdre à dire non pour sortir c’est déjà trop de travail.

Ton canapé aime cette relation exclusive que tu as construite, imagine son chagrin si tu sors tout le temps.

Et puis je sais que tu as assez de personnes cool dans ta vie.

Pourquoi en avoir plus, franchement, je ne sais pas.

.

 

Ton corps va s’affiner, se muscler et tu vas devenir hyper sexy

 

pourquoi-ne-pas-danser

Si tu danses, prend garde à toute l’attraction que tu vas créer.

Les gens vont te désirer, te regarder, et comme on t’a toujours répété : le plus important c’est la beauté intérieure, les gens doivent t’aimer peu importe le physique !

Ceux qui changent leur relation seulement à cause du physique sont forcément des personnes mauvaises et intéressées.

En plus, tous les efforts vont faire que ton corps va se transformer.

Tu vas gâcher des années d’efforts à garder ce ventre bien rond et cette santé que tu avais construits après des années de fast food ou de soirée canapé.

A cause de ton corps trop sexy, tu vas entendre trop de compliments et tes chevilles vont exploser ce qui va mener à un autre problème.

 

Tu auras confiance en toi

 

Le problème avec la danse, c’est que ta confiance va vite se développer.

Pour séduire Sarah du cours de Popping je n’ai pas eu besoin d’avoir confiance.

En général ça repousse les autres, j’ai tout fait pour être dans mon coin et depuis je vis une relation exceptionnelle avec la femme de ma vie. (Si seulement)

Etre confiant ça te causera du tort et te rendra malheureux !

Ceux qui affichent fièrement leur confiance, qui assument qui ils sont, ont forcément un problème d’égo ou sont arrogant.

A quoi bon danser si c’est pour devenir une mauvaise personne !?

La solution magique est de rester dans ta prison intérieure. Une vie remplie de doutes, insécurité, c’est ça la vie rêvée.

Pourquoi sortir de sa zone de confort, si il y a le mot confort c’est pas pour rien !

 

Tu vas être heureux et rendre les autres heureux

 

Avec toutes les hormones que tu vas sécréter en dansant, tu vas devenir souriant, avoir un bon langage non verbal, partager ta bonne humeur et rendre les autres heureux.

C’est tout l’inverse que l’on veut de toi.

Je t’ai dit de rester dans ton coin tu n’écoutes vraiment pas les points précédents…

 

S’il y a bien une chose que tu dois respecter c’est le dicton « métro, boulot, dodo ».

Cette expression synthétise la vie de rêve, une vie de bonheur, ça n’est pas pour rien qu’elle est populaire !

Regarde la plupart des personnes qui sont dans le métro.

En manque de sommeil, prête à passer leur journée à travailler pour quelque chose qui ne leur convient pas et bien tous ces gens sont très heureux.

Tous ces signes se lisent sur leurs visages, les poches sous leurs yeux aussi gros qu’une valise, c’est le visage d’un champion !

En dansant tu louperas cette belle opportunité d’être sans passion.

 

 

Tu vas devenir intelligent et améliorer ta mémoire

 

Si tu es comme moi à ne jamais te souvenir de la date d’anniversaire de tes proches c’est très bien. Ils ne seront pas fâchés et comprendront.

Danser pourrait faire changer cette bonne habitude et te faire avoir une meilleure mémoire.

A quoi bon quand Facebook et les nouvelles technologies te rappellent déjà tout !

 

Sexuellement tu vas devenir un Dieu

 

pourquoi-ne-pas-danser1

A cause de ton sens du rythme et de ton corps d’athlète tu vas réussir à donner trop de plaisir à ton/ta partenaire.

Franchement à quoi bon quand tu peux simplement te faire plaisir et t’endormir en bon gentleman.

Conseil pour vous messieurs, n’oubliez pas que le plus important est votre plaisir, elle s’en contentera et vous fera même un câlin en guise de remerciement.

Et franchement une vie sexuelle trop intense va te fatiguer et tu finiras par être lassé.


 

Cet article est fait pour faire réagir et t’ouvrir les yeux sur certaines réalités, te donner l’envie de danser.

Evidemment si la vie devenait magique grâce à la danse ça serait fou, mais c’est déjà un bon début !

 

Raconte-nous les changements qui sont apparus dans ta vie depuis que tu danses, ça ne peut qu’être positif !

 

Tu vas pouvoir comprendre cette langue étrange que le danseur de Hip Hop emploie. Tous ces mots bizarres comme “cypher”, “battle”, “popper” que tu entends en cours en battle sans vraiment bien comprendre.

Le vocabulaire du danseur Hip Hop est riche et précis. Tu vas pouvoir devenir bilingue Français / Hip Hop grâce à ce dico !

Il est actualisé régulièrement et n’est pas définitif.

Aide nous en indiquant en commentaire quel mot tu souhaites ajouter à la liste !

 

Voici tout le vocabulaire du danseur Hip Hop

 

 

B.

Un Battle (et je dis bien UN Battle) : confrontation entre au moins deux danseurs qui dansent chacun leur tour en freestyle sur une même musique qu’ils ne connaissent pas, avec le même temps de passage. Des battles ont lieu tous les ans en France et à l’étranger.

Bboy / Bgirl : danseur de break / breaker / bronx dancer.

Block Parties : fêtes de quartier nées dans les années 1970 à New York. Elles peuvent être considérées comme les premières soirées Hip Hop, avec un DJ, un MC et des danseurs dans la foule.

Le Break / Breaking / B-boying : style de danse au sol, créé par les danseurs dans le Bronx dans les années 1970. Les breakers font des acrobaties en mélangeant force et souplesse. C’est le style de danse le plus visible de la culture Hip Hop, sûrement car c’est le plus impressionnant à regarder, surtout pour les publics novices.

– Clique ici si tu veux en savoir plus sur l’histoire du Break –

 

C.

La Coupole : figure mythique des bboys où seul le dos du danseur touche le sol pendant qu’il tourne sur lui-même.

Un Cypher : les danseurs se placent en cercle et passent un par un au milieu du cercle pour montrer ce qu’ils savent faire en freestyle.

 

E.

L’Electric Boogaloo (ou Boogaloo) : style de danse funk souvent associé au popping. On le reconnaît grâce à ses mouvements de jambes fluides, rotations du bassin, genoux et tête. La gestuelle de cette danse donne une impression visuelle d’étirement fluide, de pantin désarticulé, comme si le corps était possédé (boogy = esprit malfaisant).

Un emcee : Le emcee est l’ancêtre du rappeur actuel. Au début pendant les block parties , les soirées se faisait avec un emcee (aussi appelé MC = maître de cérémonie) qui gérait l’ambiance de la soirée et posais quelques rhymes sur la musique que passait le DJ

 

F.

Un Freestyle : le danseur ne suit pas une chorégraphie, il danse selon son envie avec la musique.

Un Freeze : arrêt brutal pendant un enchaînement au sol d’un breakdancer. Il vise à surprendre et casser le rythme (freeze = geler, se figer). Les danseurs cherchent toujours de nouvelles poses originales pour se démarquer.

 

H.

Le Hip Hop : Tellement de définition pour ce mot ! Il peut signifier : la culture Hip Hop dans son intégralité / le style de musique / le style de danse / le style vestimentaire.
– Clique ici pour connaître les origines de la culture Hip Hop –

La House : style de danse d’origines métissées. La house music devenue très importante dans les années 1990 à New York, la danse se développe en même temps. La musique crée la spécificité de cette danse. La prise du temps se fait en l’air et non au sol. Le danseur travaille donc plus sur des appuis aériens et sautés, jouant avec les niveaux grâce aux talons-pointes.

– Clique ici pour commencer la House Dance avec 10 pas de danse faciles –

 

K.

Le Krump : style de danse avec des mouvements énergiques, expressifs, exagérés, inventé par les danseurs de “clowning” dans les ghettos de Los Angeles début des années 2000, pour relâcher leurs colères et frustrations d’une façon non violente.

 

L.

Un Locker : danseur de Locking.

Le Locking : style de danse né dans les clubs californiens fin des années 1960, créé par Don Campbell. On la reconnaît grâce à ses arrêts (lock = verrouillé), son énergie, ses pas facilement reconnaissables et ses jeux comiques. Elle est dansée sur de la musique funk. Certains danseurs aiment s’habiller d’une façon bien particulière aux danseurs de lock : chaussettes hautes, chapeau/béret, gants par exemple.

– Clique ici pour apprendre le Locking avec 10 pas de danse faciles –

M.

Le M.C. : master of ceremony ou maître de cérémonie en français. C’est la personne qui parle au micro pour mettre l’ambiance et chauffer le public pendant les soirées ou les battle. (Ancêtre du rappeur).

 

N.

New Style (Hip Hop New Style) : difficile d’imposer une étiquette à ce style. C’est le style le plus récent, apparu dans les années 1990 avec l’expansion des musiques électroniques. Il n’existe pas vraiment de pas spécifique. L’interprétation est personnelle à chaque danseur et peut mélanger plusieurs styles.

– Clique ici pour apprendre le Hip Hop avec 10 pas de danse faciles –

 

P.

Un Popper : un danseur de Popping.

Le Popping : style de danse né en Californie fin des années 1960. La technique de base de ce style est de contracter et relâcher rapidement les muscles pour créer un effet de “pop” (pop = éclater, exploser. Comme le pop-corn !).

– Clique ici pour commencer le Popping avec 10 pas de danse faciles –

 

T.

Le Tetris ou Tutting : style de danse utilisant les bras et les mains pour faire des mouvements avec des angles droits. C’est un mélange de mouvements de doigts et de poses inspirés des reliefs égyptiens de profil. Son premier nom vient du jeu vidéo Tetris où il faut emboîter des carrés et rectangles. Et le deuxième vient de Mark Benson, pionnier de ce style, qui a été surnommé “King Tut” (comme le pharaon égyptien Toutânkhhamon).

 

V.

Le Voguing : Style de danse avec beaucoup de mouvements de bras. Inspiré des poses des mannequins lors des défilés, né dans les années 1980 dans les discothèques gays des communautés afro-américaines et latinos de Los Angeles et New York.

 

W.

Le Waacking : D’abord appelé punking (un terme négatif pour designé la communauté Gay des 70’s), le Waack ou Waacking est une danse inspirée du disco qui donne une grande importance au mouvement des bras, au posing (prendre la pose comme le ferait un mannequin) tout en étant en accord avec le tempo de la musique.

La Wave : mouvement imitant une vague en utilisant soit les bras ou le corps.

 

 


Le vocabulaire du danseur Hip Hop n’a désormais plus de secret pour toi !

 

N’hésite pas à nous aider et à nous dire en commentaire quels mots ajouter à la liste !